Vous avez dit « société civile » ?

A l’invitation de Eric Piolle et du collectif « Une certaine idée de demain », le 14 avril 2021, dans le cadre d’une soirée intitulée « la société civile pour vraiment changer la vie », Frédéric Lebaron revient sur le concept de « société civile » tel qu’il est utilisé dans le champ politique, et sur la distance qui s’est creusée entre les professionnels de la politique et le reste de la société.

Merci à Eric Piolle et à Une certaine idée de demain pour l’invitation à cette soirée. Je suis très heureux d’être parmi vous, d’autant plus que j’ai déjà entendu beaucoup de belles choses. Merci aussi pour la carte blanche : je connaissais l’angoisse de la page blanche, je connais donc maintenant celle de la carte blanche.

Je voudrais surtout réagir sur le thème des relations entre champ politique et « société civile ». Ce thème s’est imposé avec la professionnalisation de la vie politique, un processus de longue durée que l’on observe dans de nombreux pays. Les acteurs politiques parlent de « société civile » à partir du moment où ils prennent conscience du fait qu’ils font partie d’un microcosme assez coupé du reste de la société. Ce monde a ses règles du jeu, ses filières de socialisation, ses logiques de carrière, et aussi son ethnocentrisme propre, lié notamment à la centralité de la communication et des médias, à la maîtrise du discours public et des enjeux symboliques. Ce fait est abondamment documenté par la sociologie et l’histoire politique1.

Alors, c’est vrai, nous avons assisté en 2017 à une poussée de la « société civile », notamment à l’Assemblée Nationale, dans le sillage de l’élection d’Emmanuel Macron qui semblait contredire ce processus. Mais la « société civile » qui s’est alors invitée dans le paysage politique est surtout celle des cadres dirigeants et intermédiaires du monde de l’entreprise privée, ou même celle de la grande entreprise capitaliste globalisée. Le discours macroniste est en affinité avec ces caractéristiques, puisqu’il s’agit de manager la start-up nation, de la rendre plus compétitive en libérant l’initiative : son projet est un projet d’entreprise marchande généralisé qui s’adresse à toute la population. Cette « société civile » de managers et d’aspirants-managers est en fait tout sauf représentative de la société française. Il a fallu le mouvement des Gilets Jaunes pour le rappeler un peu brutalement, parfois pendant quelques brefs instants de lucidité, aux observateurs les plus naïfs.

Si on se tourne maintenant vers 2022, et c’est bien l’objectif ce soir je crois – car j’ai cru comprendre qu’il y avait une échéance politique importante l’an prochain-, il faut remettre sur le chantier cette notion de « société civile » en ne la restreignant pas aux « têtes de réseaux » associatives et syndicales ; le regard de sociologue que je peux apporter ici consiste à revenir de façon un peu insistante, sûrement pénible pour certains et je m’en excuse, sur la question des biais ethnocentriques, des biais de classe, de fraction de classe, de profession (je laisse ici ceux de genre, religieux ou ethno-raciaux) qui sont propres au monde politique, mais aussi dans une moindre mesure syndical et associatif. Les acteurs militants professionnels ont en général plus de capitaux que les membres de la société qu’ils cherchent à mobiliser, et à gauche plus de capital culturel en particulier. Mais surtout, ils sous-estiment systématiquement les conséquences de ce fait.

La gauche s’est éloignée des classes populaires, comme le montre l’étude récente de l’équipe de Thomas Piketty2, mais aussi elle a pris aussi ses distances avec de beaucoup de groupes qui lui semblaient relativement acquis : je pense à des franges importantes du monde étudiant et de la jeunesse scolarisée, par exemple dans les filières « professionnalisantes », parfois très ancrées dans une culture « pratique » du management, des jeunes actifs, etc. Les sondages pré-électoraux récents en sont la traduction, mais il ne faudrait à mon sens pas réduire cet éloignement à la faible pénétration des candidats de gauche et, encore plus, écologistes dans les intentions de vote des ouvriers ou des employés, même s’il faut certainement y voir une alerte opportune. C’est plus grave que cela, c’est un éloignement à la fois matériel et symbolique, de pans entiers de l’espace social, avec lesquels on ne partage plus, ou très difficilement, les mêmes représentations, les mêmes mots, les mêmes intérêts, les mêmes préoccupations, etc. Bien sûr, ce n’est pas sans lien avec le poids idéologique du néolibéralisme et de l’extrême-droite, et de cette sorte de mélange instable peu ragoûtant des deux dans lequel nous baignons depuis 2017, à quoi les grands médias voudraient réduire la future campagne présidentielle.

Souvent, les acteurs politiques, mais je pense qu’on peut le dire aussi des acteurs les plus professionnalisés des mouvements sociaux, associatifs et syndicaux, cherchent à « recoller » avec leur base en changeant de vocabulaire, de focalisation thématique : on affiche de l’empathie et on met dans ses discours beaucoup de justice sociale, on cherche des propositions attractives de politique publique, en ciblant des « clientèles » électorales dans une logique de marketing politique. C’est souvent fait un peu tard et de façon artificielle.

L’après-covid, dont on espère tous qu’il arrive vite, va être un moment de quête d’une projection positive vers l’avenir dans de nombreuses catégories, d’où la nécessité d’élaborer un projet collectif, avec toutes et tous -ont été évoquées ce soir des initiatives aussi diverses que « Plus jamais ça », le « Pacte du pouvoir de vivre », « 2022 ou jamais »…-, qui donne envie à des individus très différents de contribuer, de s’investir, de participer à une reconstruction à différentes échelles, à l’émergence d’une nouvelle société plus respirable et plus protectrice. J’ajouterai qu’il faudrait sans doute plutôt essayer de la définir par ses caractéristiques concrètes –des éléments précis sur lesquels on s’engage- que par du discours idéologique, ce qui rendrait les convergences éventuelles plus faciles.

La place du bien-être, de la santé, de la sécurité économique, sociale, environnementale et aussi physique a des chances de devenir encore plus centrale dans les préoccupations de nombreuses catégories sociales et de groupes professionnels. Dans les milieux dirigeants, la conscience de cet enjeu s’est affirmée depuis le rapport Stiglitz-Sen-Fitoussi de 2009 et la loi Sas de 2015 : ce sont de très petits pas, suivis de pas en arrière. Un projet doit être à la fois universel et adapté à chaque catégorie, d’où le besoin d’aller vers la population dans toute sa diversité, et d’enquêter, d’apprendre et de se remettre en cause, par exemple, sur des questions concrètes (normes alimentaires, pratiques de consommation, de bien-être, équilibre travail-loisir…). Il serait utile de mieux comprendre dans quelle mesure on évite ou pas des phénomènes d’imposition culturelle ou symbolique : les porteurs de capital culturel sont souvent perçus par les moins qualifiés comme arrogants, donneurs de leçon, moralisateurs, etc. On est parfois très critique à gauche de l’obsession du chiffre du management, mais il me semble qu’on devrait en même temps toujours chercher à mesurer non pas son « image », mais en quoi on répond concrètement à des besoins de bien-être matériel et à des besoins de reconnaissance, de confiance : des besoins symboliques, souvent sous-estimés ; j’évoquerai surtout ce soir la nécessité de créer des emplois de qualité et bien rémunérés où l’on est reconnu, où l’on peut se projeter dans l’avenir, qui ne concerne pas que la jeunesse. L’emploi dans ses caractéristiques multiples, en particulier vers un autre modèle de production, a toutes les chances d’être au centre du débat dans les mois et années qui viennent après une crise brutale qui a remis en cause les interdépendances entre les groupes et les secteurs d’activité.

Puisqu’on m’a donné carte blanche, je prônerai donc pour finir une démarche expérimentale et participative, qui donne un rôle important à une attitude à la fois scientifique et citoyenne, où les acteurs politiques, syndicaux et associatifs auraient un rôle de passeurs et d’animateurs d’échanges plus équilibrés avec la société, aidés par les chercheurs qui souhaitent s’engager. Le but en serait de recréer un tissu de solidarités de fait, de liens et de coopérations dynamiques. De ce point de vue, il n’y a donc pas à attendre 2022 pour organiser et même peut-être planifier, puisque ce mot est revenu en force cette année, l’immersion du politique dans la « société civile ».

Cite this article as: Frédéric Lebaron, "Vous avez dit « société civile » ?," in Le carnet de Savoir/Agir, 27 avril 2021, https://savoiragir.hypotheses.org/100.
  1. Cf. Patrick Champagne, Faire l’opinion. Le nouveau jeu politique, Paris, Minuit, 1990 & Michel Offerlé (dir.), Profession politique : XIXe-XXIe siècle, Paris, Belin, 2017. []
  2. Amory Gethin, Clara Martinez-Toledano, Thomas Piketty, Clivages politiques et inégalités sociales. Une étude de 50 pays, Paris, Hautes Etudes, EHESS/Gallimard/Seuil, 2021. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search