La chasse aux « islamo-gauchistes »

Texte de Christian de Montlibert

Tout montre que la traque d’un « islamo-gauchisme » dans la recherche universitaire, réclamée par la ministre de l’enseignement supérieur de la recherche et de l’innovation, n’est pas le fantasme d’un agent politique à l’affût de plus de visibilité dans les médias (bien que cela ait eu ce résultat) mais la manifestation d’une ligne politique initiée par Manuel Valls lorsqu’il était premier ministre et reprise aujourd’hui aussi bien par le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin que par le ministre de l’éducation, de la jeunesse et des sports Jean-Michel Blanquer. Que l’utilisation de cette catégorie classificatoire apparaisse en même temps que la discussion à l’Assemblée nationale de la loi cherchant à renforcer la « sécurité globale » et que les débats sur la loi visant à prévenir tout « séparatisme » est un indice de plus d’une orientation politique. Les ministres sont en quelque sorte habilités à énoncer publiquement « une pensée d’État », c’est-à-dire à donner une publicité à des catégories sociales, économiques, culturelles, éthiques qui définissent ce qu’est et doit être le monde social. Tout se passe comme si l’État, par l’éducation, les actions des institutions qu’il contrôle, les rites qu’il exige etc., inculquait à tous les agents qui relèvent de sa juridiction les mêmes structures de l’entendement qui « organisent toute notre représentation du monde et par suite, ce monde lui-même » écrivait le sociologue Abdelmalek Sayad. L’État obtient ainsi, au moins, une soumission qui s’ignore, au mieux une adhésion à sa vision du monde et aux structures sociales dont elle est le produit. Dénoncer les islamo-gauchistes ne peut que participer à l’élaboration d’un « conformisme logique et moral », qui contribue à l’ordre social et à sa reproduction en s’adressant aux allogènes pour leur rappeler leur place de dominés et aux autochtones pour leur faire prendre conscience du danger que représente une présence étrangère pour une communauté nationale d’autant plus magnifiée que ses divisions s’accentuent sous les coups répétés du néolibéralisme.

Les politiques néolibérales

Le néolibéralisme est le remède inventé par les classes dirigeantes pour empêcher toutes les tentatives de contrôle de l’économie et défendre un capitalisme menacé par la contagion d’un collectivisme soviétique, le socialisme, le développement d’un « État social » venant en aide aux plus démunis. Mais cela ne suffisait pas, il aura fallu les crises du capitalisme pour faire du néolibéralisme la philosophie qui guide aujourd’hui les politiques des gouvernements, des USA au Japon en passant par les pays d’Europe occidentale, avec bien sur des variations selon les conjonctures. Le néolibéralisme est en effet apparu comme la solution : l’intérêt individuel sur le marché, comme l’a répété Hayek, régulerait au mieux les dysfonctionnements d’un capitalisme bridé par des législations d’État contraignantes.

Le principe même du marché est que l’offre possède ce que la demande recherche. L’inégalité est la source de la concurrence. L’État néolibéral ne peut donc que renforcer et même créer, autoritairement s’il le faut, les différenciations et les inégalités. Il doit créer le marché quoi qu’il en coûte ! Les gouvernements qui se sont succédés depuis les années 1970 ont institué, avec des différences d’intensité, les conditions nécessaires au bon fonctionnement du marché. L’État, pour ce faire, a entrepris de détruire tout collectif, toutes les formes de solidarité entre les individus, toutes les structures reposant sur la coopération : défaire l’économie nationalisée, libérer le capital financier des contraintes bureaucratiques étatiques, casser tous les collectifs qui inhibent l’éclosion de l’individu calculateur, libre de ses choix, réduire à la portion congrue les services publics pour ne garder que ceux qui sont utiles au capital, déstructurer « l’État social », défaire la culture émancipatrice sous toutes ses formes pour éliminer des consciences les traces de solidarité et, enfin, transformer l’État d’une République « une et indivisible » au profit de régions en concurrence. Dès lors le néolibéralisme prévaudra : la justice sociale, l’égalité et la réglementation deviennent les « bêtes noires » de sociétés qui ne jurent que par la liberté, la concurrence et le droit privé.

Une telle politique entraîne des manifestations jugées dangereuses pour l’Ordre. Éliminer les résistances salariales nécessite une autorité forte et, s’il le faut, l’usage de la violence pour réduire les opposants. Rien ne le montre mieux que la répression des manifestations de 2018-2020 : d’après le ministère de l’Intérieur, depuis le 17 novembre 2018, 2448 personnes ont été blessées, dont 293 blessures à la tête, 24 éborgnés et 5 mains arrachées. Faire peur permettrait de calmer la « guerre des classes » ! L’installation de l’utopie néolibérale est à ce prix.

Reste que pour détourner la colère de ceux qui pâtissent des mesures néolibérales, qui ne se résignent pas à en accepter l’inéluctabilité annoncée et qui n’acquerront pas de sitôt l’habitus individualiste et calculateur que l’enseignement et les médias inculquent aux générations plus jeunes, s’en prendre à un ennemi intérieur, les « islamo-gauchistes », peut être efficace.

Première cible potentielle : trouver un bouc émissaire pour détourner les colères des dominés

Nombre d’électeurs et d’électrices auraient de bonnes raisons de se plaindre. Ils et elles pourraient mettre en cause la politique du gouvernement et même les orientations néolibérales qui guident ces politiques depuis des années et adopter des orientations plus solidaristes, quand ce n’est socialistes. Pour les dominants économiques et politiques, il importe au premier chef d’empêcher que ces plaintes diverses, souvent hétérogènes, ne soient transformées en insatisfactions trouvant un schéma causal explicatif et une imputation les mettant en cause. Faire valoir un risque plus grand encore peut être efficace. L’insécurité pour les personnes et pour les biens remplit cette fonction. L’islamo-gauchiste est une figure autrement plus menaçante que la politique que dénoncent les partis politiques rivaux et d’autant plus qu’elle prend le visage des immigrés, descendants d’immigrés, étrangers partageant une religion et des traditions étrangères sur le sol national.

Désigner les « islamo-gauchistes » comme êtres à part, potentiellement dangereux, met en mouvement toutes les représentations attachées aux « islamistes » et toutes les représentations liées au « gauchisme », mobilise les catégories juridiques dont ces deux termes pourraient relever et réactive toutes les situations historiques de rapport à l’Islam, à l’extrême gauche et, plus fondamentalement – tant les relations entre les groupes sociaux sont déterminantes –, aux immigrés/étrangers qui sont censés partager et propager les idées et les croyances dénoncées. Il est vrai que les syllogismes erronés ne nuisent pas à la force des représentations !

L’Islam n’a-t-il pas été considéré par l’État comme un rival, pour des raisons religieuses (lutte entre la chrétienté et l’islam), économiques (luttes séculaires pour la maîtrise des activités commerciales en méditerranée), politiques (lutte des royautés occidentales contre l’empire ottoman), passant régulièrement de l’état de rival à l’état d’ennemi ? L’ennemi est d’ailleurs réapparu, plus récemment, lors des guerres de conquête du Maghreb puis lors de la guerre d’indépendance de l’Algérie. De plus, les attentats criminels causés par des terroristes se revendiquant de l’Islam servent de point d’ancrage aux accusations qui visent les islamisés. Enfin, l’exposition par les médias de violences commises par des habitants de banlieues, après des altercations avec la police, renforcent dans la conscience collective le conditionnement qui associe destruction de biens publics et privés et présence de descendants d’immigrés arabes et musulmans. Lors des « émeutes de banlieues », ne se comportent-ils pas comme des gauchistes qui, associés aux casseurs, en veulent à la propriété en brûlant des voitures, pillant des magasins, détruisant des équipements urbains ?

Ces représentations ne font que renforcer la présence discordante des immigrés/étrangers arabo-berbères et, maintenant, de leurs descendants et descendantes sur le sol national. Les immigrés et étrangers, arabes et musulmans, ne sont-ils pas disqualifiés d’avance par le fait d’être issus d’un monde « pauvre », « inculte », « attardé », « ignoble », comme l’écrivait Abdelmalek Sayad1 ? Avoir été colonisés justifie qu’ils soient relégués dans des banlieues des grandes métropoles. Ces conditions de bannis contribuent d’ailleurs à les recentrer sur une « identité » traditionnelle qui prend une forme religieuse spécifique. « Les immigrés qui ont l’islam comme religion d’assignation ne peuvent qu’user de la religion qui leur est assignée pour se distinguer et à l’inverse ne peuvent que sacrer, que rendre religieux (i.e. musulman) tout ce qui les distingue » écrivait encore Sayad2. C’est la seule identité qui laisse croire, aux dominés comme aux dominants, qu’elle rassemble ces « réprouvés » venus de pays très divers et différents. Mais, ce faisant, tout concourt donc à ce qu’ils fassent peur.

Créer une communauté imaginaire menacée de l’intérieur par des traîtres potentiels capables de commettre des attentats suscite des émotions qui renforcent des liens d’appartenance et rassemblent autour d’un État qui, pourtant, mène une politique néfaste pour ceux qu’il prétend défendre. La concomitance entre la dénonciation des « islamo-gauchistes », la discussion de la loi sur « le séparatisme » et la reprise du travail parlementaire sur « la loi sécurité globale » témoignent bien de ce processus de détournement de l’attention sur de pseudo-ennemis pour cacher que le véritable danger vient de l’État néolibéral lui-même qui défait ce qui fait société. Dans ces conditions, tout laisse penser que l’anathème contre les « islamo-gauchistes » prononcé par des ministres – dotés du pouvoir d’application du monopole de violence physique dont l’État est pourvu – devrait l’emporter, auprès d’électeurs et d’électrices inquiets devant leur avenir.

Deuxième cible potentielle : discréditer les sciences sociales en niant leur scientificité pour qu’elles ne s’allient pas aux immigrés des banlieues

Que la ministre de l’enseignement supérieur s’en prenne aux sciences sociales, susceptibles à ses yeux de dériver vers un « islamo-gauchisme », participe d’une politique d’ensemble de discrédit des sciences sociales commencée depuis longtemps. Il suffit, pour le saisir, de rappeler la campagne de 1998 de dénigrement du « déterminisme » de l’œuvre de Pierre Bourdieu ou l’attaque de Philippe Val (reprise par Manuel Valls) reprochant aux raisonnements des sciences sociales d’être une « excuse » des comportements délictueux ou, plus instituées encore, les transformations de l’enseignement des sciences économiques et sociales voulues par le ministre Jean-Michel Blanquer, qui réduisent la sociologie à portion congrue et subordonnent les contenus à une apologie du « marché ». D’ailleurs, les prises de position des dominants du monde économique et politique sur les sciences sociales sont très ambivalentes : on apprécie leurs apports (sondages, enquêtes sur des populations ciblées, recueil et manipulation de « motivations », etc.) quand elles contribuent à l’information des dirigeants mais on les stigmatise et même condamne dès qu’elles contribuent à dévoiler quelque peu la vérité du monde social.

Accuser les sciences sociales d’être le refuge de l’islamo-gauchisme leur dénie le statut de science pour les ramener au statut d’idéologies partisanes. Cette dénonciation vient à point quand on sait que les sciences sociales ont analysé les transformations des systèmes universitaires et ont montré que les « réformes », loin d’assurer une meilleure gestion des établissements, avaient surtout pour objectif de réduire l’autonomie que la science avait conquise. Il est vrai que prendre le parti de la science dérange. Car montrer que « rien n’est sans raison d’être sociale » dérange un monde social fait de soumissions intériorisées, d’automatismes et d’adhésion à des croyances justificatrices. Traiter d’islamo-gauchistes des chercheurs et chercheuses qui travaillent sur l’intersectionnalité, sur les effets de la couleur de peau, sur la colonisation et ses conséquences et, plus largement, sur la domination, revient à mettre en doute la validité de leurs résultats puisque, aux dires des ministres, il s’agirait de croyances et d’idéologies et non de science. Par une généralisation abusive, on espère ainsi, en disqualifiant les enseignants-chercheurs, discréditer l’idée même de travail d’explicitation critique du monde social.

Plus fondamentalement encore, utiliser cette catégorie d’islamo-gauchisme peut avoir des effets politiques. Porter l’accusation d’islamo-gauchisme, c’est laisser entendre aux spécialistes des sciences sociales et humaines qu’ils pourraient, par empathie, en se laissant gagner par l’islamisme des non nationaux, menacer l’unité nationale. C’est aussi dire à cette petite et moyenne bourgeoisie des chercheurs, fonctionnaires et contractuels d’État, qu’elle n’a pas, en devenant gauchiste, à se sentir solidaire des sous-prolétaires immigrés/étrangers islamisés et à construire avec eux une alliance politique qui ne pourrait être que contre-nature puisqu’elle intégrerait les immigrés et leurs descendants dans un « antagonisme de classe » qui, bien qu’il existe, ne peut être le leur3. Une telle démarche des anthropologues, historiens, sociologues, ne peut qu’être hérétique de l’ordre national.

Troisième cible : rappeler aux immigrés et à leurs descendants qu’étant donnée leur origine, ils doivent rester à leur place de dominés et qu’ils n’ont pas à se mêler de politique et encore moins à la contester

L’État ne se contente pas de tracer des frontières physiques. Il trace aussi des frontières symboliques entre les nationaux, qui partagent les mêmes représentations (parce que les mêmes structures de l’entendement leur ont été inculquées) et, à ce titre, possèdent tous les attributs du citoyen, et ceux qui n’en relèvent pas ou n’en relèvent que partiellement – les étrangers, les immigrés, les naturalisés, les non-nationaux en somme. C’est dire que « la présence de non nationaux perturbe l’ordre national, porte atteinte à l’intégrité de l’ordre social, à sa pureté, ou à la perfection mythique de cet ordre »4. Dans ces conditions, ils et elles ne peuvent ni ne doivent se mêler de la politique du pays qui les accueille. Pour le dire plus abruptement, les immigrés et leurs descendants, pourtant devenus français, n’ont pas à se mêler de politique.

Leur présence sur le sol national n’est légitimée qu’autant qu’ils travaillent et acceptent les tâches les plus rebutantes. Les poches de pauvreté constituée dans les banlieues d’immigrés/ étrangers et de leurs descendants, amenés là par les politiques coloniales et néocoloniales, sont nécessaires pour fournir une main d’œuvre flexible pour les besognes non qualifiées qui demeurent même dans les firmes les plus modernes (le montage d’objets, le ménage, l’entretien des locaux, le gardiennage, le rangement, le scannage des articles, la récupération des déchets…) et, lorsqu’ils chôment – et cela leur arrive plus souvent qu’à d’autres – pour peser à la baisse sur le montant du salaire de base. En somme, les immigrés n’ont de raison d’être que du travail, le plus souvent dominé, qu’on leur confie ou qu’on leur retire (des recherches ayant montré que la population immigrée est deux fois plus touchée par le chômage et que leurs descendants souffraient d’un « sur-chômage »).

On comprend dans ces conditions que l’association de l’Islam et du gauchisme suscite l’anathème car, au de-là de la prise de position idéologique dont le gouvernement n’est sans doute pas dupe des limites, se profile la possibilité d’une colère et même d’une révolte des immigrés et de leurs descendants contre leurs conditions d’existence qu’il faut d’autant plus prévenir que les émeutes précédentes des banlieues ont montré leur détermination. Le souvenir des révoltes des Minguettes de Clichy sous Bois, qui entraîneront trois semaines de heurts avec les forces de l’ordre et s’étendront à 274 villes, de Villiers-le-Bel, Sarcelles, Garges-Lès-Gonesse, Cergy en 2007 où 119 policiers ont été blessés, de Firminy de Rouen, Villeurbanne, Chambéry, Rodez, Nantes, de Grenoble, de Dijon, entre 2010 et 2020, de Tourcoing en 2021, etc., hantent la conscience des édiles politiques. Il s’agit par tous les moyens d’empêcher une politisation « gauchiste » des immigrés et de leurs descendants. Leur faire peur en traquant parmi eux les « islamo-gauchistes » peut être une solution.

Quatrième cible potentielle : faire peser un soupçon sur les transfuges de classe descendants d’immigrés

L’accusation d’islamo-gauchisme dans l’université lancée cette fois par le ministre de l’éducation et le ministre de l’enseignement supérieur pourrait aussi disqualifier par le soupçon les descendants d’immigrés (arabes et/ou musulmans) engagés dans des processus d’assimilation. Ils sont en effet les représentants les plus visibles de l’installation définitive d’une fraction étrangère dans la population nationale. Leur présence (même limitée) dans l’enseignement supérieur montre que l’immigration n’était pas provisoire mais se transforme en immigration de peuplement comme les gouvernements successifs ont tenté de le dissimuler. La situation des descendants d’immigrés/étrangers, nationaux de naissance parce que nés en France (ou naturalisés), relève d’autant plus de cette logique qu’ils sont de plus en plus nombreux, du fait même des politiques scolaires, à accéder à l’enseignement supérieur et à concurrencer les natifs du pays.

Dans ces conditions, tous ceux qui, comme les transfuges de classe, cherchent à effacer les signes les plus manifestes de leur situation originelle, courent le risque de se voir taxés d’intentions malignes. Ces étudiants descendants d’immigrés bouleversent l’ordre des groupes sociaux non seulement en franchissant la frontière physique du quartier où leur famille est souvent reléguée mais surtout en franchissant la frontière symbolique qui sépare les immigrés, dominés s’il en est, des autres groupes sociaux. Tout se passe comme si, ce faisant, ils commettaient comme un sacrilège en remettant en cause non seulement une hiérarchie sociale mais surtout les canons qui la règlent. En effet, leur présence dans l’université montre qu’ils ne se résignent pas à être le moins visible possible comme l’ont été leurs parents. Mieux, elle montre que certains osent afficher au contraire tous les signes stigmatisés (pratiques, coiffure, vêtements, accent, etc.) en faisant peur pour ne pas avoir peur, alors que d’autres s’assimilent, en effaçant le plus possible tous les indicateurs originels, et ainsi n’ont plus peur puisqu’ils pensent ne plus faire peur.

Sous réserve que les poches de main d’œuvre exploitable demeurent, les enfants ou petits-enfants ou arrière-petits-enfants d’immigrés-arabes et berbères, manœuvres ou ouvriers spécialisés – idéologie de la mobilité ascensionnelle des talents et idéologie de l’assimilation obligent – s’intègrent. Laisser peser sur eux le soupçon d’islamo-gauchiste, c’est leur dire que l’assimilation des immigrés doit rester dans les limites qu’imposent les dominants.

Reste que faire peser sur eux le soupçon d’islamo-gauchiste n’est pas nécessaire puisque tout montre que le risque de confrontation avec les nationaux demeure faible, dans la mesure où la reproduction scolaire se charge de les orienter soit vers des fonctions subordonnées où la pratique prévaut, soit vers des disciplines dominées aux débouchés professionnels incertains.

Pour finir

Ce n’est pas la première fois que des agents politiques en situation d’autorité lancent des anathèmes contre un groupe social. Cela a été le cas avec les émigrés d’Europe centrale et orientale « indésirables » des années trente – pour la plupart des juifs ayant fui les pogroms dont ils étaient victimes. Les attaques actuelles ne sont pas sans rappeler, en effet, les diatribes des années 1930 qui s’en prenaient aux « judéo-maçonniques ». Violence du discours qui ira, on le sait, jusqu’à la traque répressive des juifs et des bolchéviques menée par Darlan, chef du gouvernement, et Barthélémy, garde des sceaux de « l’État français » installé à Vichy. Il est vrai que Maurras et ses amis, Gaxotte, Brasillach, Rebatet entre autres, attisaient la haine contre « les juifs, les francs-maçons et les rouges ». La dénonciation publique visait déjà un groupe allogène. Aujourd’hui, en France, le groupe des immigrés/étrangers musulmans, parmi lesquels les anciens colonisés sont les plus nombreux, est la cible centrale. Reste qu’à la différence des années 1930 où la stigmatisation des étrangers provenait essentiellement des groupes d’extrême-droite qui préparaient la prise du pouvoir, aujourd’hui l’attaque provient de ministres en exercice qui tentent des manœuvres de diversion pour dissimuler les méfaits sociaux du néolibéralisme.

 

Pour citer cet article:Christian de Montlibert, "La chasse aux « islamo-gauchistes »" in Le carnet de Savoir/Agir, 27 mai 2021, https://savoiragir.hypotheses.org/113.

  1. Abdelmalek Sayad, Histoire et recherche identitaire suivi de Entretien avec Hassan Arfaoui, Paris, Editions Bouchène, 2002. []
  2. Abdelmalek Sayad, L’immigration ou les paradoxes de l’altérité. Tome 3, la fabrication des identités culturelles, Paris, Éditions Raisons d’Agir, 2014. []
  3. Abdelmalek Sayad, « État, Nation et immigration : l’ordre national à l’épreuve de l’immigration », in A. Sayad, L’immigration ou les paradoxes de l’altérité. Tome 3, la fabrication des identités culturelles. []
  4. Abdelmalek Sayad, L’immigration et la « Pensée d’État ». Réflexions sur la « double peine », op. cit. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search