Un parcours d’engagement sociologique

Ce texte est issu d’une communication lors de la table-ronde de l’IDHES sur la neutralité axiologique, à Nanterre, le 10 janvier 2022, organisée à partir de l’ouvrage Savoir et agir. Chroniques de conjoncture (2007-2020) de Frédéric Lebaron.

Comment en es-tu arrivé à t’engager dans l’écriture d’éditoriaux de la revue Savoir/Agir, regroupés en 2020-2021 sous la forme d’un ouvrage intitulé Savoir et agir. Chroniques de conjoncture (2007-2020) ?

C’est une assez longue histoire, mais j’en donnerai ici une version courte et un peu stylisée. Tout a, en un sens, commencé lorsque, au milieu de ma thèse de sociologie à l’EHESS, en novembre 1995, un mouvement social massif a éclaté et polarisé le champ intellectuel français, autour du « plan Juppé », qui réformait les régimes de retraite spéciaux des cheminots et la sécurité sociale. S’y firent en particulier face deux pétitions opposées : l’appel dit d’Esprit, du nom de la revue éponyme, « pro-réforme », et l’appel dit « Bourdieu », critique face à une politique de rigueur visant avant tout à réduire des déficits et adapter le néolibéralisme au contexte français. Le clivage politique, syndical et social s’exprimait alors, de manière ouverte, dans le monde des sciences sociales.

Avec quelques ami-e-s doctorants-e-s1, nous nous sommes alors lancé-e-s dans une enquête (entretiens, statistiques diverses, observations…), dont un résultat a fini par être publié en 1998 sous le titre Le « décembre » des intellectuels français aux éditions Raisons d’agir (petite maison d’édition associative créée par Bourdieu), où nous analysions les mobilisations intellectuelles, leurs formes, leurs contours, leurs enjeux, etc. La conclusion en était plus « politique » ou « normative », et avait fait l’objet de nombreuses discussions entre nous et avec Bourdieu lui-même. Nous prenions clairement parti du côté de l’ « appel Bourdieu ».

C’est précisément à l’occasion de ce début de travail d’enquête que Bourdieu t’a sollicité pour faire partie de son équipe au Collège de France ; or cette période a correspondu très exactement, entre 1996 et 2002, à un plus fort engagement public du sociologue, et a donné lieu jusqu’à aujourd’hui à divers commentaires plus ou moins pertinents, par exemple sur les prétendus « deux Bourdieu » ou sur l’hégémonie sans partage des « bourdivins » ou « bourdieusiens » au sein de la sociologie française voire mondiale2. Peux-tu revenir sur cette période ?

Après avoir été un « déçu » de la gauche de gouvernement, du Parti Socialiste et de la CFDT3, Bourdieu s’implique alors dans la critique des politiques néolibérales et se rapproche des mouvements sociaux et syndicats appartenant désormais au pôle radical (association de sans-papiers, sans-domiciles, SUD-Solidaires, CGT, etc.).

Si l’on est un peu rigoureux du point de vue de la sociologie des engagements intellectuels (au moins dans le contexte français)4, cet engagement autour de Bourdieu doit être situé dans la taxinomie proposée par Gisèle Sapiro, distinguant l’engagement de l’intellectuel selon plusieurs critères : autonome / hétéronome, généraliste / spécifique, dominant / dominé. Bourdieu était, sur ce plan, à la fois autonome, spécifique et dominant, revendiquant une nouvelle forme d’ « intellectuel spécifique » (Foucault) par opposition à l’intellectuel total (Sartre), en y ajoutant une dimension collective5. Du point de vue des répertoires d’action, il s’est cristallisé autour de plusieurs éléments, dont certains étaient présents de longue date dans le travail de Bourdieu : une nouveauté est l’écriture et l’édition d’ouvrages adaptés à un public plus large et voués explicitement à contribuer au débat public, notamment à la critique des médias (Sur la télévision) ou des orientations dominantes en France en matière de politique économique et sociale (néolibéralisme) ; une forme très classique d’intervention des intellectuels en France  des prises de position dans la presse : cela a donné l’article collectif « Pour une gauche de gauche »6), parfois avec pétition (« Les actions des chômeurs flambent ») ; plus originaux sont les échanges et initiatives avec des acteurs divers et hétérogènes du « mouvement social » (associations de lutte, syndicats, etc.), dans le prolongement de pratiques initiées avec Foucault au début des années 1980 ou encore la création d’un collectif, appelé Raisons d’agir, qui portait toutes ces initiatives autour de Bourdieu. Il faut rappeler aussi que Bourdieu disposait de deux revues produites au Collège de France, Actes de la recherche en sciences sociales, revue scientifique qui pouvait faire des incursions ponctuelles dans « l’actualité », et Liber. Revue européenne des livres, créée avec des chercheurs et universitaires d’Europe de l’Est autour de 1989.

La revue Savoir/Agir est créée au milieu des années 2000 et prolonge cet engagement.

Savoir/Agir est d’abord le nom d’une collection d’ouvrages aux éditions du Croquant, créée en 2003, qui prolonge une partie de ces activités après la mort de Bourdieu. L’un des groupes issus de l’ébullition des années 1995-2002, l’association Raisons d’agir, s’est en effet dissocié en 2002-2003 des éditions éponymes, et s’est engagé dans le soutien à la création d’une nouvelle maison d’édition coopérative (les éditions du Croquant, animées par Alain Oriot), avec pour axe une collection d’ouvrages conçus sur un modèle proche de celui des éditions Raisons d’agir, mais revendiquant un fonctionnement à la fois plus transparent et plus inclusif. En 2006-2007, nous nous rendons compte qu’il nous manque un autre type d’intervention, la revue, et c’est pourquoi nous créons Savoir/Agir, avec l’idée de modifier les codes de publication, à nouveau dans le sens de plus de simplicité, un appareil critique plus léger, un travail de synthèse et de simplification (lexico-sémantique, syntaxique), etc. La revue ne se prétendait pas académique, mais « scientifico-politique ». Notre idée était de susciter la mobilisation, en premier lieu dans le monde académique, d’inciter à ne pas seulement publier pour ses pairs, mais pour des militants, des étudiants voire des lycéens, des citoyens informés et mobilisés, etc. Il s’agissait de renouer avec l’ambition originelle de Bourdieu telle qu’il l’avait formulée juste après 1995 : aucune restriction à l’autonomie et aux contraintes propres des champs, au contraire, mais la volonté de sortir de son champ, par moments, pour agir dans l’espace public7.

L’idée des éditoriaux, qui émerge simultanément, était de faire état avant tout de ce que les sciences sociales contemporaines peuvent permettre de dire à chaud sur des situations, politiques, économiques choisies de façon en partie arbitraire (ou plutôt liées à un point de vue nécessairement situé, le mien). À d’autres moments, cela aurait pu être un journal (dans le passé) ou un blog scientifique (aujourd’hui), et d’ailleurs de fait c’est devenu au moins en partie une sorte de blog dès lors que la diffusion de la revue est devenue quasi-exclusivement électronique, comme c’est le cas aujourd’hui.

L’exercice du commentaire sociologique à chaud, voire de la prévision fondée sur une analyse contrôlée, est finalement peu courant : peu de sociologues s’y risquent en matière de politique économique, de politique publique ou de relations internationales. Traiter scientifiquement, froidement en quelque sorte, des problèmes brûlants, nécessite à la fois de quitter les rives de la prudence scientifique et de se garder des fausses audaces essayistes ou prophétiques8.

En en faisant un livre l’an passé, j’ai pu me replonger dans ces analyses à chaud et constater que j’ai évité de gros dérapages prophétiques, me suis tenu à l’écart d’analyses trop normatives (je dois préciser que je tiens beaucoup à la distinction analytique entre le positif et le normatif, et pour que les deux soient explicitement dissociables, ce qui n’est évidemment pas toujours simple : concrètement j’ai tendance à reléguer le plus normatif en conclusion) ; j’ai pu me faire l’écho de plusieurs travaux, comme ceux de la sociologie politique française extrêmement dynamique9, de la sociologie politique de l’Europe notamment, mais aussi du mouvement des « nouveaux indicateurs de richesse », et bien sûr de la sociologie économique de la financiarisation, des banques centrales, et des politiques économiques. Ceux-ci ont connu des bouleversements durant cette période, notamment avec la politique de taux d’intérêt quasi-nuls et les diverses formes de ce qu’on va appeler le Quantitative Easing, assouplissement quantitatif. À la relecture, j’ai donné une assez grande place à des travaux d’économistes, y compris déjà très visibles sinon dominants (Stiglitz, Krugman, Piketty), qui analysaient la crise et rejoignaient la critique des politiques néolibérales. J’ai de plus en plus tendu à replacer ce travail trimestriel dans la perspective d’une sociologie globale, qui me semble aujourd’hui la clé de voûte de toute perspective de développement futur des sciences sociales, tout en intégrant une analyse « langagière » critique, autre arme scientifique sur laquelle nous devons nous appuyer sans cesse.

Quant à l’action, à la différence des économistes, je trouve pour ma part que les sociologues (même économiques) interviennent assez peu de façon « engagée » sur le « très contemporain », les relations internationales, les politiques économiques, plus largement les dispositifs d’action publique et, cela va presque sans dire, l’évaluation quantitative des politiques publiques qui devient la forme dominante d’expertise. C’est sans doute beaucoup moins vrai sur des enjeux dits « sociétaux », comme les rapports de genre, les questions religieuses, la violence interpersonnelle, etc., qu’ils/elles analysent, mais qu’ils/elles contribuent aussi à transformer, ne serait-ce qu’en les constituant en enjeux, en les reformulant (comme le montrent aujourd’hui les luttes profanes autour de concepts des sciences sociales comme « intersectionnalité »). Nous sommes, en général, plus prudents avec l’explicitation de fins, qui relèvent aussi du débat démocratique, et pour lesquelles nous ne nous sentons que rarement détenteurs d’une légitimité particulière. Les sociologues sont globalement loin de la technicité juridique ou institutionnelle, des luttes de palais, et plus proches des groupes subalternes à divers égards (comme les jeunes de classes populaires rurales, les migrant-e-s, les marginalisé-e-s…) que d’autres disciplines.

À mon sens, les sociologues, et autres chercheurs en sciences sociales, pourraient prendre un peu plus de risques en matière de prévision et de modélisation conjoncturelle, contribuer à « complexifier », au bon sens du terme, l’analyse des politiques publiques (pas seulement économiques bien sûr), peut-être en s’appuyant sur leurs propres outils quantitatifs et qualitatifs combinés, comme certain-e-s le font déjà pour le secteur de l’enseignement supérieur et la recherche, le monde hospitalier ou le management capitaliste moderne dans le public et le privé. Je pense en particulier que nous n’avons pas été particulièrement innovants et présents depuis le début de la pandémie, mais les économistes non plus d’ailleurs, et les biologistes et médecins n’ont pas toujours montré la meilleure image scientifique. Il est aussi vrai que pour s’engager dans un tel contexte, il faut être capable d’une forme de distanciation préalable extrêmement difficile, ou courir le risque de se tromper d’enjeu et de cible10.

 



Citer ce billet
Frédéric Lebaron (2022, 12 janvier). Un parcours d’engagement sociologique. Le carnet de Savoir/Agir. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tvxo

  1. Julien Duval, Christophe Gaubert, Dominique Marchetti et Fabienne Pavis []
  2. Gérard Mauger rend raison du caractère souvent extrêmement superficiel des analyses de l’engagement sociologique de Bourdieu, qui commence en Algérie dans le contexte de la guerre, et, a fortiori, de « l’école bourdieusienne » beaucoup plus fantasmée que connue empiriquement : voir Gérard Mauger, « Neutralité axiologique et engagement sociologique », Savoir/Agir, 57, septembre 2021, p. 69-79. Il faut d’abord lire l’ouvrage Interventions édité par Thierry Discepolo et Franck Poupeau : Pierre Bourdieu, Interventions, Agone 2021. []
  3. Voir Philip Golub, Frédéric Lebaron, Ivica Mladenovic, Franck Poupeau, Gisèle Sapiro, Zona Zaric, “Pierre Bourdieu and politics”, Philosophy and Society, 32 (4), 567-586. []
  4. Gisèle Sapiro, « Modèles d’intervention politique des intellectuels – le cas français », Actes de la recherche en sciences sociales, 2009/1, 176-177, p.3. []
  5. Celle-ci ne pouvait être simple compte-tenu de l’importance du capital symbolique possédé par Bourdieu lui-même. []
  6. Comme il était indiqué dans la publication : « ce texte a été élaboré dans le cadre de l’association Raisons d’agir avec Christophe Charle, Bernard Lacroix, Frédéric Lebaron et Gérard Mauger », Le Monde, 08/04/1998. []
  7. Les interventions externes des sociologues dessinent un espace très différencié, allant du conseil aux décideurs publics ou privés jusqu’à l’échange avec des militants, la formation de publics déscolarisés, etc. []
  8. Pierre Bourdieu, « La science et l’actualité », Actes de la recherche en sciences sociales, n°61, 1986, p. 2-3. []
  9. J’étais directeur du CURAPP-ESS à Amiens, où j’ai mené des recherches avec divers collègues politistes. []
  10. J’ai essayé de proposer une voie scientifique, à fort potentiel critique, avec le retour à l’approche durkheimienne de l’anomie, avec ce que j’ai appelé anomie pandémique. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search