Après le premier tour de l’élection présidentielle d’avril 2022

Un champ politique en voie de recomposition

Après le premier tour de l’élection présidentielle d’avril 2022, quatre blocs d’ampleur à peu près équivalente configurent l’état du champ politique français. Par rapport à 2017, dans l’ordre, Emmanuel Macron améliore son score d’un million de voix et obtient 27,85% des suffrages exprimés, l’abstention progresse encore jusqu’à 26,5% des électeurs inscrits, Marine Le Pen gagne 3% et atteint 23,15% des suffrages exprimés et Jean-Luc Mélenchon passe de 19,6% à 21,95%, talonnant de nouveau Marine Le Pen.

Ce stade de la recomposition en cours du champ politique résulte de l’effondrement des Républicains après celui d’un Parti Socialiste aujourd’hui en voie de disparition. Emmanuel Macron, ouvertement à « droite » au fil de son quinquennat, après avoir logiquement absorbé en 2017 un Parti Socialiste aligné sur la droite néolibérale jusqu’à s’y confondre, capte non moins logiquement Les Républicains réduits aujourd’hui à un score inférieur à celui du Parti Socialiste en 2017. Ainsi, la droite néolibérale – des « socialistes » de François Hollande et Anne Hidalgo aux « Républicains » de Nicolas Sarkozy et Valérie Pécresse – s’est finalement regroupée logiquement derrière Emmanuel Macron1.

Le deuxième volet de cette recomposition est marqué par la résurgence d’une « gauche de gauche » autour de Jean-Luc Mélenchon (et non d’« extrême gauche » comme les exégètes politiques s’obstinent à le classer) : les électeurs « de gauche » du Parti Socialiste, d’EELV et bon nombre de ceux du PCF rejoignent progressivement les « Insoumis » (au nom du vote « utile », selon les commentateurs, mais aussi, tout simplement, pour exprimer un vote « de gauche »).

Ainsi, le champ politique français se redéfinit-il progressivement en opposant, comme dans un état antérieur du champ politique, une « droite de droite » à une « gauche de gauche », rénovées et mieux ajustées aux temps présents.

Quant au troisième bloc – celui de Marine Le Pen et Éric Zemmour – on fera l’hypothèse qu’il s’agit d’une anomalie provisoire. D’une part, la première finira vraisemblablement par absorber le nouveau venu comme antérieurement les autres dissidents du FN. D’autre part, le niveau anormalement élevé de ce troisième bloc repose, pour l’essentiel, sur un malentendu dont on peut supposer qu’il finira par se dissiper.

Enfin, le bloc des abstentionnistes devrait se réduire lorsque l’offre politique, recomposée et débarrassée des faux-semblants, sera redevenue lisible pour les profanes.

On se propose d’examiner ici ce processus en cours.

Vers un « bloc néolibéral »

Alors que François Fillon avait obtenu 20 % des voix en 2017, le score de Valérie Pécresse s’effondre, divisé par quatre (4,78 %). La position rénovée de la droite néolibérale étant désormais occupée par Emmanuel Macron qui revendique d’avoir fait « ce que les autres n’ont pas fait » (« radicalisation » des réformes néolibérales du code du travail, de la fiscalité du patrimoine, de l’assurance-chômage, etc.), Valérie Pécresse s’est d’abord efforcée de s’en démarquer sur la droite en reprenant à son compte les thématiques de prédilection du RN et d’Éric Zemmour (insécurité, délinquance, émigration, identité nationale) : en vain, la place était prise2. De sorte que Les Républicains, voués à la division entre Emmanuel Macron d’un côté (celui de Valérie Pécresse et de Xavier Bertrand) et Marine Le Pen de l’autre (celui d’Éric Ciotti, adepte du « grand remplacement », et de Laurent Wauquiez, pourfendeur des « assistés »), semblent être condamnés à court terme à l’implosion3.

Le projet de la droite néolibérale prolonge et radicalise le programme qui est le sien depuis quatre décennies4 : réformes des retraites et du RSA, poursuite de la marchandisation des services publics (notamment celle du système scolaire). Ses soutiens les plus puissants lui en sont reconnaissants : les années Macron ont été particulièrement fastes pour les grands patrons français5.

Vers une « gauche de gauche »

Jean-Luc Mélenchon, plébiscité dans « l’ex-banlieue rouge » (64% à La Courneuve, 61% à Saint Denis, 60% à Stains et Bobigny, etc.) et les cités périphériques des grandes villes (et dans les départements et régions d’outre-mer), a entrepris de remobiliser les classes populaires « de gauche » et une partie de celles que leur aversion pour « les politiciens » porte à s’abstenir ou à voter pour Marine Le Pen. Par ailleurs, il renoue l’alliance classique des classes populaires avec les fractions intellectuelles des classes dominantes (d’où sa percée spectaculaire dans les centres urbains, y compris ceux conquis par les Verts en 2020), sur la base d’un assemblage original de la question sociale, de la question écologique et de la question démocratique. Cette alliance conjugue, en effet, des thèmes de gauche classiques comme le pouvoir d’achat, la défense des services publics, la retraite à soixante ans et l’antiracisme et d’autres, plus récents, comme la planification écologique et la « règle verte » ou la refondation de la démocratie (VIe République), sans souscrire pour autant à l’« européisme » inconditionnel de la droite néolibérale (qui trouve dans l’UE un alibi et un soutien), ni confondre atlantisme et internationalisme.

Cette « gauche de gauche » en reconstruction renvoie à leur place, préemptée par Emmanuel Macron, les votes résiduels pour Anne Hidalgo (1,8 % des voix) et la droite d’Europe Écologie les Verts incarnée par Yannick Jadot (4,7% des voix, soit un score inférieur à celui de Noël Mamère en 2002, 5,25%). Divisés entre une aile de droite néolibérale (celle de Yannick Jadot) et une aile de gauche, les Verts semblent voués, en effet, comme le PS avant eux, à se diviser entre le ralliement à Emmanuel Macron ou à Jean-Luc Mélenchon6 et, ce faisant, à disparaître7. Quant au PCF, son refus d’alliance avec Jean-Luc Mélenchon, motivé non pas tant par des divergences de programme politique que par le souci de « sauver l’appareil » du parti et sanctionné en définitive par un score calamiteux de 2,3 %, lui a fait perdre ce qui lui restait d’ancrage populaire local où il est désormais éclipsé par La France Insoumise (à Aubervilliers, par exemple, Jean-Luc Mélenchon passe de 41,1 % à 60 % des suffrages).

On peut espérer que les élections législatives à venir seront l’occasion pour LFI de consolider ses bases locales et de construire l’ancrage territorial qui manque encore à la gauche « de gauche » : ni « extrême », ni « rouge », ni « radicale », mais, si l’on veut, « éco-socialiste ».

Vers l’implosion du RN

Le RN associe deux composantes : l’une bourgeoise, conservatrice, catholique ; l’autre populaire, sensible aux thèmes de prédilection du RN, qui se méprend en croyant voter pour un parti national et plébéien, en faveur des « petits » contre des dirigeants « hors sol », « méprisants » et « cupides ». Le score de Zemmour (incarnation du racisme « d’en haut »), très en deçà des pronostics (7%), son ancrage dans les beaux quartiers (il y arrive systématiquement en deuxième position derrière Emmanuel Macron et devance Valérie Pécresse : 18,75% à Neuilly-sur-Seine, 17,48% dans le 16ème arrondissement de Paris, etc.) et son appel à voter pour Marine Le Pen au second tour mettent en évidence la « bulle médiatique » dont il a bénéficié et laissent présager une probable absorption par le RN.

Au cours des dernières décennies, le quiproquo qui a bénéficié au RN s’est ancré dans la conviction qu’il incarnait la seule opposition aux « politiciens de l’UMPS » indifférents au sort des classes populaires : d’où ses scores (comparables à ceux de l’abstention) dans les anciens bastions ouvriers du Nord et de l’Est désindustrialisés et précarisés8. Dans la conjoncture actuelle, cette méprise a été consolidée par une campagne « de proximité » centrée sur le pouvoir d’achat, puis par une campagne axée sur le travail et l’injustice sociale, faisant appel au « peuple » contre « l’oligarchie » et « l’argent-roi ». Le RN bénéficie ainsi de la détestation populaire d’Emmanuel Macron perçu, non sans quelques fondements, comme « le président des riches », sinon des « super-riches »9.

Pourtant, au-delà de ces apparences, le refus de revaloriser le SMIC, le renoncement à fixer l’âge légal de la retraite à soixante ans, l’obsession de la dette publique, de la réduction des dépenses publiques et des baisses d’impôts, le projet d’allègement des impôts sur les successions (qui ne profitent qu’aux nantis) et de baisse des cotisations sociales (qui conduisent à leur étatisation de fait), le refus de tout contrôle des capitaux, l’hostilité aux syndicats indiquent sans ambiguïté l’alignement de la politique économique du RN sur celle de la droite. Ce genre de programme – néolibéral ou national, labellisé par certains comme un « fordisme de droite » – ne peut conduire qu’à l’aggravation des inégalités sociales, à la dégradation des services publics et à la réduction des prestations sociales10. En fait, on voit mal ce que les classes populaires (y compris « nationales ») pourraient gagner matériellement à la victoire de Marine Le Pen : il faut espérer qu’il ne leur faudra pas « l’essayer » pour comprendre qu’elle ne leur est pas plus favorable que « les autres ».

Par ailleurs, nul n’ignore l’importance que le parti de Marine Le Pen accorde au thème de l’immigration. « La priorité nationale », perçue à la fois comme une sorte d’ordre légitime dans une file d’attente11 et une gratification symbolique accordée aux « nationaux », conduirait à paupériser brutalement « les immigrés »12, considérés comme des « surnuméraires », en leur refusant l’accès au logement social et aux aides sociales (allocations familiales, RSA) et en les menaçant de perdre leur emploi, donc en les condamnant à recourir au travail non déclaré et à pratiquer le « dumping salarial ». Plus précisément, la « priorité nationale à l’emploi » impliquerait le « grand remplacement » des « immigrés » par des chômeurs « nationaux » contraints d’occuper leurs emplois (les plus mal payés) dans le BTP (15% des emplois), l’hôtellerie-restauration (13,9%) ou les services à la personne (11,9%)13. Outre que les bénéfices matériels à retirer par les « nationaux » de ce genre d’opération ne sont pas évidents, ce traitement ouvertement discriminatoire, qui instaurerait une forme d’apartheid, va ouvertement à l’encontre de l’ethos égalitaire des classes populaires et les discrédite moralement auprès du plus grand nombre14.

Cette incitation à la xénophobie, sur la base d’une concurrence économique entre « nationaux » et immigrés pour l’accès aux aides sociales et à l’emploi, est redoublée par l’usage fait de la question de l’insécurité. Mobilisée par le RN, mais, à vrai dire, par l’ensemble du champ politique, elle contribue également à l’ancrage du racisme et de la xénophobie dans une fraction des classes populaires. Réactivant le clivage classique entre prolétariat et Lumpenproletariat, entre « classes laborieuses » et « classes dangereuses » ou entre established et outsiders, c’est-à-dire entre le pôle des familles « respectables » et celui des « familles démissionnaires » et/ou « assisté(e)s », la thématique de l’insécurité s’ancre à la fois, banalement, dans les incivilités et le trafic de drogue15 et, exceptionnellement mais spectaculairement, dans les attentats djihadistes. Outre la représentation médiatique des mollahs en Iran ou des talibans en Afghanistan, etc., ces attentats ont évidemment contribué à la suspicion qui plane sur les musulmans « visibles ». Quant à la délinquance juvénile sous ses diverses formes, toutes les enquêtes disponibles montrent qu’elle s’enracine, aujourd’hui comme hier, dans la déréliction matérielle et l’échec scolaire, donc dans les fractions précarisées et paupérisées des classes populaires, c’est-à-dire aussi dans les fractions émigrées les plus récentes16. Sans nier l’existence de ces pratiques délinquantes, ni remettre en cause la légitimité du combat visant à les réduire, il faut rappeler d’abord, contre les « explications » de sens commun qui ont tôt fait d’attribuer ces pratiques à l’origine « ethnique », que la sociogenèse des carrières délinquantes ne doit évidemment rien à « la race » ou à la religion. Il faut rappeler ensuite que la lutte contre la délinquance ne saurait se limiter au combat (policier) contre les délinquants, mais qu’elle doit viser en priorité les causes sociales de la délinquance (la fameuse « excuse sociologique »).

Vers l’extinction de l’abstention

L’abstention n’a pas cessé de croître depuis 1983. Elle atteint 26,3 % au premier tour de l’élection présidentielle, soit trois points de plus qu’en 2017 (elle avait atteint 55,3% au premier tour pour les municipales – supposées « de proximité » – de 2020, 58,4% au second tour). Le parti pris de l’abstention arrive en tête chez les classes populaires et d’autant plus qu’elles sont plus précaires. Comment en rendre compte ? À partir des années 1980, l’indifférence, le désintérêt, sinon l’aversion à l’égard de la vie politique ont revêtu de multiples formes : non-inscription, mal inscription, abstention, votes intermittents et sans conviction, etc. Une « démocratie de l’abstention » semble s’être mise en place, où l’inégale distribution de l’abstention et de la non-inscription met en évidence la persistance des clivages de classe. Dans une large mesure, le niveau de diplôme détermine, en effet, les chances d’être inscrit sur les listes électorales et de se rendre aux urnes.

Si la complaisance populiste qui accorde au peuple la connaissance infuse de la politique tend à créditer les profanes de l’intérêt, des compétences, des catégories de perception des professionnels de la politique (ou des intellectuels), la maîtrise des catégories fondamentales de l’entendement politique n’est ni générale, ni innée : la population à faible capital culturel ne parvient ni ne cherche spontanément à se les approprier. Les enquêtes disponibles montrent que la connaissance des programmes, du personnel et des idées politiques (y compris chez ceux qui participent aux élections) varie avec le niveau de diplôme. La « démocratie de l’abstention » perpétue une logique censitaire de fait.

En fait, le vote de la plupart des électeurs des classes populaires a longtemps été guidé par l’identification à un parti (à commencer par le PCF) auquel on s’en remet pour défendre au mieux ses intérêts. Ils ont, en effet, d’autant plus de chances de reconnaître dans l’univers des opinions toutes faites « celles qui leur vont » – politiquement crédibles et moralement respectables – qu’elles portent « une marque » qui est à la fois un repère et une garantie. Or, au cours des dernières décennies, « la gauche » et « la droite » sont devenues à peu près indiscernables et l’offre politique de plus en plus illisible. La désorientation qu’a induit cet état de l’offre politique a contribué à la progression de l’« exit » électoral des classes populaires. A contrario, on peut supposer que la consolidation et la visibilité croissante d’une « gauche de gauche » permettra de les remobiliser. Mais il est vrai qu’aujourd’hui comme hier, la transformation d’un « habitus de classe » en « conscience de classe » suppose un travail de politisation dont dépend la capacité de se repérer dans le champ politique.

Vers une opposition « bloc bourgeois » / « bloc populaire » superposable au clivage « droite / gauche »

Comment enfin rendre compte de la distribution des votes pour ces quatre blocs dans l’espace social ? La tâche n’est pas facile faute des données nécessaires. On ne dispose guère, à l’heure actuelle, que de variables réduites le plus souvent à des oppositions binaires : jeunes/vieux, urbain/rural, niveau de diplôme, niveau de revenu, etc.17 Ainsi apprend-on que, particulièrement abstentionnistes, « les jeunes » (18-24 ans) ont voté avec Mélenchon et « les vieux » (plus de 50 ans) avec Macron et les actifs (35-49 ans) pour Marine Le Pen, mais chacun sait ou devrait savoir que « la jeunesse n’est qu’un mot ». Quant au niveau de revenu, on apprend sans surprise qu’Emmanuel Macron reste le « président des riches » et que les classes populaires se distribuent entre l’abstention, Jean-Luc Mélenchon et Marine le Pen. Par ailleurs, si, à première vue, le niveau de diplôme oppose les électeurs de Marine Le Pen et d’Emmanuel Macron, il s’avère que Jean-Luc Mélenchon rassemble à la fois des électeurs sans diplôme et très diplômés, soit une fraction des classes populaires (« nationales » et « immigrées ») et de l’intelligentsia. Quant à l’opposition géographique entre rural et urbain18, elle ne permet pas de départager Marine Le Pen et Emmanuel Macron, par contre, elle montre que Jean-Luc Mélenchon obtient de meilleures performances dans les territoires denses.

L’opposition d’inspiration « populiste » entre « le peuple » et « la caste » ou « l’oligarchie » ébauche une analyse de classes pour le moins sommaire. En l’état des données disponibles, on peut faire l’hypothèse que le vote en faveur d’Emmanuel Macron rassemble « le bloc bourgeois » en y incluant la bourgeoisie conservatrice traditionnelle, le pôle économique de la « bourgeoisie nouvelle » (celle du secteur privé) et une partie des indépendants : il obtient 50% des suffrages à Neuilly-sur-Seine, 46 à 47% des voix dans les 16ème, 6ème et 7ème arrondissements de Paris. Quant au vote en faveur de Jean-Luc Mélenchon, il dessine les contours d’un nouveau « bloc populaire » qui rassemble une fraction des classes populaires, surtout urbaines et immigrées (27 % des ouvriers, 25 % des employées et 30 % des chômeurs) et le pôle culturel de la bourgeoisie et de la petite bourgeoisie « nouvelles » (celles du secteur public)19. L’électorat de Marine Le Pen rassemble (avec celui d’Éric Zemmour) une partie de la bourgeoisie conservatrice, traditionaliste, catholique, raciste et une partie des classes populaires (35% des ouvriers et 33% des employées) : celle qui a toujours « voté pour le patron » et celle, démunie économiquement et scolairement, sociologiquement comparable à celle qui s’abstient20. On peut supposer qu’à terme la première composante rejoindra l’aile droite du « bloc bourgeois » et que la deuxième se ralliera au nouveau « bloc populaire », quitte à passer temporairement par l’abstention, « pour faire comme tout le monde »21.

Reste qu’en ébauchant cette description des transformations en cours du champ politique, j’ai conscience de me hasarder à « prophétiser » au-delà d’un simple constat – une fois n’est pas coutume – mais cette projection plausible n’est au fond qu’une invitation à travailler collectivement à faire advenir, sinon l’offre de représentation politique la plus probable, du moins une configuration possible…

Cite this article as: gmauger, "Après le premier tour de l’élection présidentielle d’avril 2022," in Le carnet de Savoir/Agir, 27 avril 2022, https://savoiragir.hypotheses.org/150.
  1. Comme le notent Fabien Escalona et Donatien Huet, « l’élection présidentielle de 2022 a achevé le processus, entamé en 2017, de destitution des deux grands partis de gouvernement de la Cinquième République » (« Après le PS, au tour de LR : le vampirisme de Macron achève bien les vieux partis », Mediapart, 12/4/2022. []
  2. Voir Ilyes Ramdani, « Valérie Pécresse, victime et complice de son camp », Mediapart, 10/4/2022 et Florence Haegel, « L’effondrement des Républicains révèle, de manière structurelle, les tensions qui traversent le parti », Le Monde, 13/4/2022. []
  3. Voir Emilien Houard-Vial, « La candidature Pécresse : anatomie d’un naufrage », A.O.C., 14/4/2022. []
  4. Voir Claire Gatinois, « Le président sortant assume l’option d’un projet social dur », Le Monde, 23/3/2022. []
  5. Voir Laurent Mauduit, « Une pluie d’or ruisselle sur les PDG du CAC 40 », Mediapart, 13/4/2022. L’éditorial du Monde du 15/4/2022 (« Les rémunérations indécentes sapent le contrat social ») découvre qu’« il n’y a pas de limite à la valeur du mérite » (sic) et un article du service politique titre « Le montant de la rémunération de Carlos Tavares crée un malaise ». []
  6. Voir Éric Piolle, « Jean-Luc Mélenchon peut structurer l’arc humaniste » (entretien), L’Humanité, 21/4/2022. []
  7. Voir Mathieu Dejean, « Après l’échec de Yannick Jadot, l’écologie politique au bord de l’éclipse », Mediapart, 11/4/2022. []
  8. Voir Christian Salmon, « Son succès, c’est qu’elle a su se masquer » (entretien), L’Humanité, 21/4/2022. []
  9. Voir Lucie Delaporte, « Marine Le Pen souhaite un référendum anti-Macron », Mediapart, 11/44/2022 et Ivanne Trippenbach, « Le Pen érige un barrage contre Macron », Le Monde, 16/4/2022. []
  10. Voir Romaric Godin, « Non, le programme économique de Marine Le Pen n’est pas “de gauche” », Mediapart, 30/3/2022  et « Les travailleurs français n’ont rien à espérer de Marine Le Pen », Mediapart, 17/4/2022 ; Naïm Zakhi, « Marine Le Pen, l’autre candidate des riches », L’Humanité, 21/4/42022. []
  11. Voir Louis Pinto, « La promotion d’un nouvel ordre moral », in Gérard Mauger, Willy Pelletier (dir.), Les Classes populaires et le FN. Explications de votes, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, 2016, p. 67-74. []
  12. Selon l’INSEE, les « immigrés » représentent 7 millions de personnes, soit 10,3% de la population, dont 36% ont été naturalisés. Les 5,2 millions d’« étrangers » qui n’ont pas la nationalité française représentent 7,7% de la population. []
  13. Voir Romaric Godin, « Les travailleurs français n’ont rien à espérer de Marine Le Pen », art. cit. []
  14. Voir Camille Bauer, « Les Français plébiscitent la lutte contre les discriminations », L’Humanité, 21/3/2022. []
  15. Voir Stéphane Beaud et Michel Pialoux, « Les ouvriers et le FN. L’exacerbation des luttes de concurrence » (p. 133-148) et « “Je ne suis pas Le Pen, je vous rassure tout de suite”. Un couple d’ouvriers face à l’anomie du quartier et l’impunité des jeunes » (p. 149-170) ; Gérard Mauger, « Vote FN et “souci de respectabilité” » (p. 171-181), in Gérard Mauger, Willy Pelletier (dir.), Les Classes populaires et le FN, op. cit., 2016. []
  16. Voir Gérard Mauger, La Sociologie de la délinquance juvénile, Paris, Éditions la Découverte, 2009. []
  17. Voir Vincent Grimault, « Élections présidentielles 2022 : qui a voté qui ? », Alter Eco, 13/4/2022. []
  18. Sur ce sujet, voir Amélie Poinsot, « Vote Le Pen : “Sortir d’une lecture binaire entre urbain et rural” » (entretien avec Benoît Coquard), Mediapart, 16/4/2022. []
  19. Sur ce sujet, voir Pierre Rimbert, « Quelle coalition face au bloc bourgeois ? », Le Monde diplomatique, février 2022. []
  20. Voir Christophe Deroubaix, « Après les “quatre France”, voici le pays de trois “blocs” », L’Humanité, 12/4/2022. []
  21. Sur ce sujet, voir Rosa Moussaoui, « Les syndicats aux prises avec l’imposture lepéniste », L’Humanité, 14/4/2022. []

gmauger

Directeur de recherche émérite CNRS Chercheur au CESSP (CNRS-EHESS-Paris 1)

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search