Un champ politique en voie de recomposition (2)

Après le deuxième tour des élections législatives de juin 2022

Dans le processus de recomposition en cours du champ politique, le premier tour de l’élection présidentielle d’avril 2022 a mis en évidence quatre blocs d’ampleur à peu près équivalente : en substance et dans l’ordre, celui d’Emmanuel Macron, celui de l’abstention, celui de Marine le Pen et celui de Jean-Luc Mélenchon1.

Deux mois plus tard, les résultats du deuxième tour des élections législatives du 19 juin 2022 ont confirmé, pour l’essentiel, cette description de l’évolution du champ politique, mais ils montrent également l’optimisme de la prophétie hasardée sur le délitement du Rassemblement National (RN).

Prévisions confirmées et transformations consolidées

Avec un taux de participation de 46,23 % des inscrits au second tour (47,52% au premier tour), l’abstention reste le premier « parti » de France, obérant, scrutin après scrutin, la légitimité des élus. En métropole, le département de la Seine-Saint-Denis a de nouveau déserté les urnes avec 63,39 % d’abstentions2. En dépit des appels de la Nupes, selon l’Institut Ipsos, 71% des 18-24 ans et 66 % des 25-34 ans ne se sont pas déplacés, 67 % des ouvriers et 64% de ceux dont le revenu mensuel est inférieur à 1250 euros se sont abstenus3.

La débâcle de la candidate des Républicains lors de l’élection présidentielle (4,78 %) laissait présager l’effondrement de LR lors des élections législatives. De fait, le parti qui misait sur son ancrage local, ne compte plus désormais que 60 députés (64 en incluant l’UDI) contre 112 antérieurement. Par ailleurs, le clivage interne entre partisans d’un ralliement à Emmanuel Macron (comme Nicolas Sarkozy) et soutiens d’une « ligne articulée sur le triptyque “immigration, sécurité et autorité” »4, difficile à distinguer de celle du RN (comme Laurent Wauquiez et ses charges contre « l’assistanat »), menace la survie du parti. Mais, faute de majorité absolue pour la coalition présidentielle (« Ensemble »), cette formation « en déroute » bénéficie d’un « sursis »5.

« Ensemble » n’a obtenu, en effet, que 246 sièges (dont 154 députés LRM, 48 pour le MoDem et 27 pour « Horizons »), loin de la majorité absolue (289 sièges) : « un vote sanction, sans équivalent après une réélection aussi récente », constate Le Monde6. C’est ainsi que LR, allié désormais incontournable de la coalition présidentielle7, détient une position-clé, que menace néanmoins la division entre ceux qui, comme Jean-François Copé, plaident pour « un pacte de gouvernement » et ceux qui, comme Éric Ciotti, jurent que LR ne sera « jamais la roue de secours d’un pouvoir déliquescent »8.

La Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale (NUPES) cumule 142 députés : la France Insoumise (LFI) passe de 17 députés en 2017 à 75. En voie d’extinction, le PS qui conserve miraculeusement 27 députés et le PCF qui en obtient 12, doivent vraisemblablement leur survie à cette nouvelle union de la gauche. De même, Europe Écologie-Les Verts (EELV) passe d’un député à 16. De sorte que le score de la Nupes confirme celui de Jean-Luc Mélenchon lors du premier tour de l’élection présidentielle et, ce faisant, la renaissance d’une « gauche de gauche » dans le champ politique français. Néanmoins, ces 142 députés sont loin de suffire pour conduire Jean-Luc Mélenchon à Matignon. Hors Nupes, les dissidents élus du PS sont moins d’une dizaine9 : de l’aveu-même de François Hollande, « au PS, il n’y a plus rien à perdre, il n’y a plus rien »10.

Ces résultats semblent donc confirmer une recomposition du champ politique français qui opposerait un « bloc bourgeois » à un « bloc populaire », une « droite néolibérale » (« Ensemble ») à une « gauche éco-socialiste » (NUPES). Au résultat près du Rassemblement National (RN), qui obtient, à la surprise générale, 89 députés, trois fois plus qu’en 1986, un véritable « tsunami » selon Jordan Bardella, le président par intérim du RN. Louis Alliot, vice-président du RN, considère que l’objectif n’est autre que de « remplacer les Républicains »11.

Hypothèses invalidées ou différées ?

Comment expliquer ce résultat « historique » du RN ? Pour Jean-Luc Mélenchon, « par leur abstention, par leur refus de choisir au second tour, les macronistes ont facilité l’élection du RN ». Selon Julien Bayou, porte-parole d’EELV, « ceux qui se présentaient comme le barrage se sont faits les marchepieds de l’entrée en masse de l’extrême-droite à l’Assemblée nationale ». Ainsi, après son élimination dès le premier tour, Jean-Michel Blanquer, avait déclaré : « l’extrême-gauche est un danger aussi important que l’extrême-droite aujourd’hui » et Éric Dupond-Moretti, s’est dit prêt, sur BFM-TV le 19 juin, à « avancer ensemble » avec le RN. Et, de fait, le RN a profité de l’absence de consigne nationale de l’état-major macroniste pour « faire barrage au RN » et de la réactivation de l’épouvantail « du péril rouge » contre la Nupes12 (« Ensemble » rejoint ainsi le RN dans son combat anticommuniste de toujours) : selon l’Institut Ipsos, 72% des lecteurs d’« Ensemble » se sont abstenus dans les duels entre la Nupes et le RN13.

Au vu des résultats du premier tour de l’élection présidentielle, l’hypothèse, sinon d’un effondrement, du moins d’un effritement probable du RN, apparaissait vraisemblable14. Mais, cette conjecture supposait elle-même que la consolidation et la visibilité croissante d’une « gauche de gauche » permettraient à la fois de remobiliser les nombreux abstentionnistes des classes populaires et de détourner du RN une partie du vote des classes populaires en sa faveur, les « fâchés pas fachos » dont parlait Jean-Luc Mélenchon, qui croient voter pour les « petits » contre « le président des riches ». Or, ces deux hypothèses se sont avérées, sinon fausses, du moins exagérément optimistes. D’une part, la remobilisation des abstentionnistes espérée par la Nupes, n’a pas eu lieu : « l’abstention (53,77 %) a même progressé par rapport au premier tour, écartant la possibilité d’une majorité de gauche à l’Assemble nationale »15. D’autre part, selon Brice Teinturier, directeur général délégué d’Ipsos, seuls 30 % des électeurs RN ont voté pour la Nupes face à « Ensemble »16. En fait, à propos du RN, seule l’hypothèse de l’absorption par le parti de Marine Le Pen de celui d’Éric Zemmour (« Reconquête »), crédité de 4,25% % au premier tour et dont tous les candidats ont été éliminés dès le premier tour des élections législatives17, semble vérifiée : les résultats du premier tour des élections législatives ont mis en évidence la bulle médiatique dont a bénéficié le racisme « d’en haut »18.

Il faut alors s’interroger sur l’énigme persistante du vote RN des classes populaires dans les anciens bastions ouvriers du Nord et de l’Est désindustrialisés ou dans « le Midi rouge », en dépit à la fois de leurs intérêts économiques les plus évidents (augmentation du smic, défense des services publics, retraite à soixante ans, revendiquées par la Nupes) et d’un « ethos égalitaire » traditionnel réactivé par le mouvement des Gilets jaunes19. François Ruffin, largement réélu avec 61 % des voix dans une circonscription de la Somme20 (65% à Flixecourt contre le RN), interroge : « Comment devenir majoritaire sans eux ? », « Où sont les millions de voix qui nous manquent pour devenir majoritaire [et remporter la présidentielle] ? ». Pour avoir une chance d’y parvenir, il appelle la Nupes à « ne pas devenir la gauche des métropoles contre la droite et l’extrême-droite des bourgs et des champs [abandonnés au RN] ». Fort de son expérience de « terrain », il indique quelques mots d’ordre : « chez moi, je gagne sur ça : la division entre “les petits” et “les gros”, sur une exigence de justice » ; la défense de la « valeur travail » (en montrant que « les assistés […] sont surtout là-haut ») ; la défense des « pauvres », « mais aussi des modestes, des “moyens” » ; la nécessité de « ne pas fermer les yeux » sur les « incivilités » du quotidien dans les quartiers populaires21 et à ne pas laisser ces sujets au parti lepéniste22 ; et, en définitive, la nécessité d’une rupture claire avec le « néolibéralisme »23 (celui d’Emmanuel Macron mais aussi celui de l’UE)24.

Nupes / RN

Force est de constater aujourd’hui que « le RN aborde la prochaine législature avec des ressources inédites »25 : il consolide son implantation à la fois dans l’ancienne France industrielle du Nord et du Nord-Est et dans la France du Sud-Est jusqu’aux Pyrénées orientales et il étend son ancrage territorial ; avec ses 89 députés (56 hommes, 33 femmes, 46 ans en moyenne, 42 titulaires de mandats électifs, 44 cadres et professions intellectuelles supérieures) crédités d’une « image rassurante »26 et deux vice-présidences à l’Assemblée nationale, le RN, qui refuse désormais d’être classé « à l’extrême-droite », accélère sa « normalisation » et consolide sa « respectabilité »27. Par ailleurs, accablé de dettes, le RN est « le grand gagnant » sur le plan financier : le montant de l’aide publique annuelle qu’il recevra, 10,33 millions d’euros, a quasiment doublé28.

Pour que la Nupes puisse détacher tout ou partie de la clientèle populaire du RN et reconquérir des abstentionnistes indifférents ou dégoûtés de la politique, il lui faut consolider ses bases locales, construire l’ancrage territorial qui lui manque et, dans cette perspective, renoncer à un mouvement « gazeux » condamné à se réinventer lors de chaque élection présidentielle pour inventer une organisation partisane démocratique adaptée à la société française contemporaine, en sachant qu’aujourd’hui comme hier, la conversion d’un « habitus de classe » en « conscience de classe » (et en bulletin de vote) passe par un difficile travail de politisation. « Je ne prends pas les élus du RN pour des imbéciles, je ne méprise pas mon adversaire : une fois qu’ils sont installés, ce ne sera pas facile de les dégager. Pas du tout », prévient François Ruffin29.

Il est vrai que Jean-Luc Mélenchon a été plébiscité dans « l’ex-banlieue rouge » et les cités périphériques des grandes villes et qu’il a su renouer l’alliance classique des classes populaires avec les fractions intellectuelles des classes dominantes30, mais sans parvenir à reconquérir les classes populaires qu’ont mobilisées les Gilets jaunes et une partie de celles que leur aversion pour « les politiciens » porte à s’abstenir ou à voter RN. La reconquête suppose, outre une organisation présente et active dans les sous-préfectures, l’invention sans démagogie ni faux-semblant, d’un discours et d’un programme capables de critiquer efficacement celui du RN, de surmonter le clivage entre established et outsiders et d’unifier le « bloc populaire » en l’étendant jusque sur les terres du RN31. Pour y parvenir, sans doute faut-il, comme le rappelle François Ruffin, « des intellectuels, des militants, des associatifs »29 : à condition toutefois qu’ils renoncent aux surenchères dérisoires de « la radicalité » new look.

Si le combat politique entre la Nupes et le RN se joue dans les sous-préfectures, il se joue également à l’Assemblée nationale. Le RN a réussi à incarner l’opposition à des politiciens indifférents au sort des classes populaires et bénéficie ainsi de la détestation populaire d’Emmanuel Macron. Face au président de la République qui maintient son cap32 néolibéral (réforme des retraites et du code du travail)33, les élus du RN qui cherchent désormais à se notabiliser, se mettent en scène « jusque dans l’attitude et le code vestimentaire »34, comme une « opposition de gouvernement »35, au risque de décevoir la fraction populaire de leur base. La Nupes peut y voir l’opportunité d’apparaître comme la seule opposition véritable à Emmanuel Macron36, mais elle ne doit pas y perdre une crédibilité que le RN et le président de la République s’emploieront méthodiquement à détruire.



Citer ce billet
gmauger (2022, 28 août). Un champ politique en voie de recomposition (2). Le carnet de Savoir/Agir. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tvxr

  1. Voir Gérard Mauger, « Après le premier tour de l’élection présidentielle d’avril 2022. Un champ politique en voie de recomposition », Carnet de l’Association Savoir/Agir, 27 avril 2022. []
  2. Voir Mariama Darame et Patrick Roger, « l’abstention reste le premier “parti” de France », Le Monde, 21/6/2022. []
  3. Voir Julia Hamlaoui, « Deux tiers des jeunes se sont abstenus », L’Humanité, 21/06/2022. []
  4. Voir Solenn de Royer, « Les grandes espérances d’Éric Ciotti », Le Monde, 21/06/2022. []
  5. Voir Sarah Belouezzane, « LR divisé sur l’attitude à adopter face à Macron », Le Monde, 21/06/2022. []
  6. Voir Jérôme Fenoglio, « Le parti présidentiel rattrapé par le dégagisme », Le Monde, 21/06/2022. []
  7. Voir Alexandre Lemarié, « La crainte d’une “paralysie totale” ou le spectre de la dissolution », Le Monde, 21/06/2022. Toutefois, Christian Jacob, chef de file de LR, a déclaré : « Pas question ni de pacte, ni de coalition, ni d’un accord de quelque nature que ce soit » (voir Sarah Belouezzane, « Pour la droite, “ni pacte ni coalition” avec Macron », Le Monde, 22/06/2022). []
  8. Voir Olivier Faye, « Les législatives brisent l’élan du second mandat de Macron », Le Monde, 21/06/2022. []
  9. Voir Laurent Telo, « Le double pari en partie réussi du socialiste Olivier Faure », Le Monde, 22/06/2022. []
  10. Cit. in Naïm Sakhi, « Les anti-Nupes tente de se fédérer », L’Humanité, 18/07/2022. []
  11. Cit. in Ivanne Trippenbach, « Le RN se réjouit d’un “tsunami” inespéré », Le Monde, 21/06/2022. []
  12. Voir Aurélien Soucheyre, « Quand la macronie perd les pédales », L’Humanité, 20/06/2022. []
  13. Voir Alexandre Lemarié, « Les macronistes sur le banc des accusés », Le Monde, 23/06/2022. NB : selon Ipsos, dans les seconds tours entre « Ensemble » et le RN, 45% des électeurs de la Nupes se sont abstenus (ibid.). []
  14. Voir Gérard Mauger, « Après le premier tour de l’élection présidentielle d’avril 2022. Un champ politique en voie de recomposition », art. cit. []
  15. Voir Julie Carriat, « La percée en demi-teinte de la Nupes », Le Monde, 21/06/2022. []
  16. Cit. in Abel Mestre, « La gauche et le RN, deux fronts anti-Macron totalement opposés », Le Monde, 21/06/2022. L’article cite, par exemple, Christophe Castaner qui affirme : Jean-Luc Mélenchon nous propose une régulation soviétique où tout est interdit ou organisé » et Amélie de Montchalin qui décrit les membres de la Nupes comme des « anarchistes d’extrême-gauche ». []
  17. Sofia Fischer, « Autour d’Éric Zemmour, la déception après la défaite », Le Monde, 14/06/2022. []
  18. Voir Sandrine Cassini et Aude Dassonville, « Comment les médias ont ouvert la porte à l’extrême-droite », Le Monde, 09/07/2022. []
  19. Voir Brice Le Gall, Lou Traverse, Thibault Cizeau, Justice et respect. Le soulèvement des Gilets Jaunes, Paris, Éditions Syllepse, 2019 ; Pierre Blavier, Gilets jaunes. La révolte des budgets contraints, Paris, PUF, 2021 ; Gérard Mauger, Repères (3) pour résister à l’idéologie dominante. Classes populaires et Gilets jaunes, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, 2022. []
  20. Le RN compte 8 députés sur 17 circonscriptions en Picardie, 6 sur 12 dans le Pas-de-Calais, 6 sur 24 dans le Nord. []
  21. Voir Gérard Mauger, « Vote FN et souci de respectabilité », in Gérard Mauger et Willy Pelletier (dir.), Les classes populaires et le FN. Explications de votes, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, p. 171-181. []
  22. Cit. in Abel Mestre, « La gauche et le RN, deux fronts anti-Macron totalement opposés », art. cit. []
  23. Voir François Ruffin, « On ne doit pas devenir la gauche des métropoles », propos recueillis pas Julie Carriat et Abel Mestre, Le Monde, 23/06/2022. []
  24. « La mondialisation a tracé une ligne entre vainqueurs et vaincus […] Le RN a répondu à la demande de protection des classes populaires en passant du libéralisme au protectionnisme, pendant que la gauche signait des traités européens, des accords du GATT et présidait l’OMC », précise François Ruffin. []
  25. Voir Florent Gougou, « l’habitude de voter Rassemblement national s’enracine dans une partie du corps électoral », Le Monde, 22/06/2022. []
  26. Voir Ivanne Trippenbach, « Le Pen coache ses nouveaux députés », Le Monde, 23/06/2022 ; Franck Johannès et Ivanne Trippenbach, « Cravatés et encadrés, les députés du RN font leur rentrée », Le Monde, 24/06/2022. Selon Benjamin König, « beaucoup sont d’abord des militants aguerris, issus de toutes les chapelles de l’extrême-droite » (« Voici qui sont les députés du RN », L’Humanité, 27/06/2022. []
  27. Voir Julie Carriat, Mariama Darame, Jérémie Lamothe et Ivanne Trippenbach, « Folle semaine au Palais-Bourbon : le RN un peu plus institutionnalisé », Le Monde, 02/07/2022. []
  28. Voir Patrick Roger, « Les législatives, clé du financement des partis », Le Monde, 22/06/2022. Quant au financement public de LFI, il devrait passer de 4,39 millions à 8,38 millions d’euros. []
  29. Voir François Ruffin, « On ne doit pas devenir la gauche des métropoles », entretien cité. [] []
  30. Le vote en faveur de Jean-Luc Mélenchon dessine les contours d’un nouveau « bloc populaire » qui rassemble une fraction des classes populaires, surtout urbaines et immigrées, et le pôle culturel de la bourgeoisie et de la petite bourgeoisie « nouvelles » (celles du secteur public). []
  31. Voir Fabien Escalona, « Gauche : le débat s’engage sur l’électorat qui manque », Mediapart, 15/07/2022. []
  32. Voir Benjamin König et Naïm Sakhi, « Affaibli, Emmanuel Macron maintient son cap », L’Humanité, 15-16-17/07/2022 ; Claire Gatinois, « Emmanuel Macron campe sur ses positions », Le Monde, 16/07/2022 ; Bertrand Bissuel, « Le chef de l’État déterminé à maintenir un cap libéral sur l’agenda social », Le Monde, 16/07/2022. []
  33. Selon l’éditorial du Monde du 16/07/2022, le chef de l’État a pris le parti de « ne rien concéder quant à l’ossature de son projet présidentiel. Son objectif reste toujours d’obtenir des Français qu’ils travaillent plus longtemps pour financer leur modèle social sans alourdir la dette ni augmenter les impôts » []
  34. Voir Abel Mestre, « Entre LFI et le RN, deux visions de l’alternative à Macron », Le Monde, 08/07/2022. []
  35. Marine Le Pen a déclaré à la tribune de l’Assemblée nationale que le groupe parlementaire RN « ne souhaite pas être une opposition d’obstruction mais de proposition ». Voir Ivanne Trippenbach, « À l’Assemblée, le RN se met en scène en “opposition de gouvernement” », Le Monde, 08/07/2022. []
  36. Voir Aurélien Soucheyre, « La Nupes s’impose comme seule opposante à Macron », L’Humanité, 12/07/2022. []

gmauger

Directeur de recherche émérite CNRS Chercheur au CESSP (CNRS-EHESS-Paris 1)

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search