Une tentative avortée : Bourdieu, Temps Nouveaux et l’écologie politique

Durant une brève période (1988-1989), Bourdieu fut associé aux activités d’une association appelée Temps Nouveaux, qui publia un petit journal (« lettre bimensuelle ») et qui se présentait comme un « mouvement » de masse en construction, incluant des  militants implantés localement.

Temps Nouveaux se définissait par « le refus calme et tranquille du capitalisme, assorti ou non des oripeaux du « libéralisme » qui n’est que la loi du plus fort », « la recherche d’une Économie nouvelle basée sur les besoins du plus grand nombre », « la venue progressive d’une démocratie véritable et dont la meilleure et la plus simple application semble être le fédéralisme »1.

Le mouvement développait surtout des positions pacifistes, voire antimilitaristes, et non-violentes. La dimension écologique, avec la critique du nucléaire, y était très présente, à côté d’un réformisme radical en matière socio-économique, qui s’incarnait en particulier dans la défense des services publics. Sur le plan international, l’association rejetait les deux « blocs » et la guerre froide et contestait l’hégémonisme des États-Unis, les politiques du Fonds Monétaire International dans le monde en développement, etc.

Bourdieu était alors membre du Comité Directeur de l’association aux côtés de Jean-Maurice Bugat, Gaston Ferdière (psychiatre), Jacques Fontanel (économiste grenoblois spécialiste des questions militaires), Albert Jacquard (biologiste), Henri Laborit (biologiste)2, Robert Lafont (linguiste occitaniste), Théodore Monod, Jean-Claude Pecker (physicien), Pierre Samuel (mathématicien proche de Grothendieck, président des amis de la Terre), Jean Ziegler (sociologue suisse engagé à gauche). Jean-Maurice Bugat la présidait et Francis Jeanson, le biographe et proche de Sartre ancien « porteur de valise », en était vice-président, avec Gérard Brunschwig, ingénieur général des Ponts et Chaussées, haut-fonctionnaire et ancien résistant3.

Parmi les « secrétaires nationaux » de ce qui ressemble rétrospectivement à une « armée mexicaine », on retrouve quelques noms qui seraient présents par la suite dans les mobilisations des années 1990-2000 : Gérard Gourguechon, figure du syndicat des impôts et d’Attac, Philippe Minard, historien qui participera notamment à l’ARESER, Gérard Mauger, sociologue, « secrétaire national à la sécurité intérieure ».

En février 1989, « à l’approche des municipales », Temps Nouveaux prit (assez mollement) position car « ses options (étaient) telles que des candidats (avaient) sa sympathie : très précisément ceux du P.S., du P.C.F., des Rénovateurs, de la Nouvelle Gauche, des Verts, voire certains centristes ».  Certaines prises de position locales préfiguraient les « mouvements citoyens » apparus ces dernières années dans certaines communes urbaines.

En dehors de la publication d’une vingtaine de numéros de cette lettre intitulée « Temps Nouveaux », son activité se résuma à des dîners-débats, des émissions de radio (sur 106,7 FM « Radio Paris FM »), un colloque au Sénat, événements qui accueillirent notamment Jacques Fontanel, Max Gallo, Pierre Samuel, Albert Jacquard, Francis Jeanson…

Bourdieu ne contribua jamais à la publication et s’en désintéressa sans doute assez vite, pris notamment par l’aventure de Liber. Revue européenne des livres, qui naît en 1989.

Adhérent, dès le début, de cette association dont j’avais eu connaissance par un encart dans l’hebdomadaire Politis, Le Citoyen, créé à la même période (1988), j’y retrouvai des noms d’auteurs appréciés pour leurs prises de position scientifico-politiques, comme Francis Jeanson, Albert Jacquart, Henri Laborit ou Jean Ziegler, et surtout Pierre Bourdieu. J’échangeai même durant quelques mois une courte correspondance avec le « délégué à la coordination des étudiants et lycéens », Ricardo Poirier, Vice-président Unef-ID à la Commission de la vie universitaire de l’université de Caen. Celui-ci souhaitait faire de Temps Nouveaux un vecteur de mobilisation étudiante après le mouvement de novembre-décembre 1986. La branche jeune affichait plus clairement des orientations de gauche, tournées vers la grève générale étudiante. L’expérience n’eut pas de suite.

L’animateur de ce mouvement, Denis Clair / Jean-Maurice Bugat, était un personnage très curieux, dont le passé plus que trouble au début de la deuxième guerre mondiale, les incessantes entreprises de réparation ou construction d’image, sans parler des méandres politiques refirent apparemment surface vers 19904. Cela contribua sans doute à l’arrêt brusque de cette petite entreprise, qu’il animait avec beaucoup d’énergie, en liaison avec une petite station de radio sur la bande FM5. Il prenait surtout appui sur un capital social composé de figures intellectuelles et publiques à fort capital symbolique entretenu au fil des années à travers des organisations associatives.

Cela explique aussi sans doute que je n’entendis plus du tout parler de cette histoire, sauf une fois lorsque Gérard Mauger la mentionna au détour d’une discussion dans les années 1990 avant de l’oublier ensuite. Elle disparut dès lors corps et bien de la mémoire collective6.

Au contact d’acteurs comme Daniel Cohn-Bendit, Bourdieu développa une sensibilité écologique qui s’exprima notamment dans son soutien à Dominique Voynet, candidate écologiste à l’élection présidentielle de 1995, annoncé dans le quotidien Libération : « Le sociologue Pierre Bourdieu, qui l’accompagnait, a annoncé “à titre personnel” qu’il voterait en faveur de la candidate écologiste dont il trouve la campagne “formidable” »7. Cette sensibilité explique sa proximité avec des figures de l’altermondialisme, comme Susan George et, bien sûr, les animateurs de la Confédération Paysanne (José Bové inclus), dans la deuxième moitié des années 1990.

Cite this article as: Frédéric Lebaron, "Une tentative avortée : Bourdieu, Temps Nouveaux et l’écologie politique," in Le carnet de Savoir/Agir, 28 août 2022, https://savoiragir.hypotheses.org/194.
  1. Note d’orientation n°1, non datée. []
  2. Dans un article récent portant sur la structuration des Verts après 1984, Sébastien Repaire mentionne le “Temps Nouveaux” de Henri Laborit, rallié aux Verts en 1986. Un cas d’homonymie organisationnelle sans doute ? []
  3. Voir la nécrologie de G. Brunschwig dans la revue des anciens de Polytechnique, La Jaune et la Rouge, 598, octobre 2004. []
  4. Ce parcours est décrit dans un texte d’Eric Chams, qui l’avait connu à Radio Paris. []
  5. Selon le site Schoop.fr, « elle fut créée par Max Pol FOUCHET, Luc BERIMONT, Pierre SEGHERS, Jean CARLIER et  Denis CLAIR (alias Jean-Maurice BUGAT). En octobre 1984, en accord avec la Haute autorité de la Communication Audiovisuelle, elle partage la fréquence 88,2 MHz avec Radio 3. Elle bénéficie du soutien et de la collaboration du Pen Club, de L’Union des artistes et écrivains, de l’association pour la promotion des cultures régionales, de l’Université Populaire de Paris, l’union des amis des radios libres et le de l’union des européens. Patrick COHEN (France Inter, Europe 1 et France 5) y fit ses premiers pas en radio. Elle était autorisée jusqu’en 1992 en partage de fréquence avec Radio Lucrèce sur 106,7 MHz. ». []
  6. Ce petit billet est aussi un appel à témoignages sur cette brève expérience. []
  7. Nicole Gauthier, « 40.119.201 électeurs sélectionnent ce dimanche les deux finalistes », Libération, samedi 22 avril 1995. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search