Recension de Pierre Vesperini, Que faire du passé ? Réflexions sur la « cancel culture », Paris, Fayard, 2022.

Les débats dans le monde intellectuel en arrivent de nos jours à prendre une allure tellement passionnelle (dans la logique de la cause et non de l’objet d’étude) qu’il vaut mieux multiplier les précautions avant d’ouvrir la bouche, même si l’on est perplexe sur les chances qu’elles puissent servir à quelque chose. Certains vont vous accuser d’être du mauvais côté avec une telle promptitude que vous n’aurez même pas le temps de pouvoir vous expliquer. D’autres vous feront grief d’avoir simplifié à outrance, de n’avoir traité que d’un aspect et d’ignorer une immense littérature dont la lecture est jugée indispensable pour parler en connaissance de cause. Il en va ainsi pour les questions des rapports entre mémoire et histoire, mémoire et commémoration. C’est en ayant en tête ces probables réactions que Pierre Vesperini commence son ouvrage sur la « cancel culture » par un avertissement qui consiste à avancer des choses simples : dire, entre autres, qu’il prend au sérieux les questions posées par ceux qui s’y rattachent et que le regard critique qu’il peut porter sur elle ne vaut pas comme condamnation en bloc. Devrait-on avoir à procéder de la sorte en ouverture d’un livre et ne devrait-il pas être entendu d’emblée que le lecteur doit s’accorder le temps de lecture et de réflexion nécessaire avant d’émettre une opinion ? Or Vesperini, qui connaît très bien l’actualité politique et culturelle américaine, ne sait que trop à quel niveau fruste sont souvent réduits les échanges intellectuels sur des questions dites sensibles, des questions qui, d’ailleurs, excitent peut-être plus les gens des campus que le reste de la population.

Mais qu’est-ce qui a bien pu pousser l’auteur de Que faire du passé ? à se mêler de la cancel culture ? C’est qu’il est concerné à un double titre. Il est d’abord un spécialiste de la philosophie antique, chercheur au CNRS et le problème de l’avenir des études classiques (classics) en France comme aux États-Unis le concerne de façon évidente. Mais il est aussi un intellectuel dans son temps, préoccupé non seulement du devenir de l’Université mais également par des sujets comme les inégalités sociales, l’environnement et l’évolution du capitalisme. Il est assez difficile de l’enfermer dans le rôle stéréotypé d’un professeur de latin dressé contre les extravagances des contemporains.

La cancel culture est dirigée contre la façon dont le passé a été traité dans notre culture et elle vise à en souligner les aveuglements, les compromissions, voire les crimes. Mais de quoi parle-t-on exactement ? Un éclaircissement sur les termes est proposé de façon préliminaire. Un premier point porte sur l’aire concernée : parler de l’Occident en général ne peut être qu’une source de confusion alors que l’Europe désigne une entité dotée d’une incontestable consistance historique. Mieux vaut parler de culture européenne que de culture occidentale. Quant à la culture, elle désigne le plus souvent ce que Vesperini appelle la « culture-héritage ».

Ces précisions étant faites, Vesperini tente de faire le partage entre ce qui doit être mis en question et ce qui pourrait être digne d’être conservé. Il souligne clairement la cruauté d’un passé célébré par les défenseurs de la culture-héritage et il montre sur trois points décisifs le rôle occulté de la violence. Le premier est le christianisme. Pour Vesperini, qui va à l’encontre des récits édifiants, celui-ci s’est imposé par l’intolérance et le glaive à travers l’appui de l’État (avec la célèbre conversion de l’empereur Constantin) : ce fut une régression très nette par rapport à une Antiquité tolérante et éclectique (plus il y a de dieux, plus on s’amuse). Deuxième point : le patriarcat et la condition des femmes, qui ont donné lieu à des justifications théologico-politiques sur le péché originel, les femmes et le corps. Troisième point : le capitalisme, marqué lui aussi par l’exploitation, par des dispositifs de contrôle et de coercition, par l’impérialisme et par le mépris des « inférieurs ». Contre la bonne conscience européenne, Vesperini rappelle que les clercs ont eux aussi apporté leur contribution à la conservation et à la légitimation de l’ordre social et que la référence à la démocratie, qui hante les discours actuels, est plutôt récente, puisque très longtemps de bons esprits européens s’en sont méfiés. Mais, ces points étant précisés, il y a aussi dans l’Europe quelque chose d’un autre ordre : le « projet émancipateur », lié aux droits de l’homme, aux valeurs de la rationalité et du libre examen.

Voilà pour la ligne générale de l’ouvrage. Dans la suite, Vesperini envisage deux études de cas. Le premier concerne le domaine disciplinaire qui lui est cher, les classics, les études consacrées à l’histoire antique. La question concrète qui se pose, particulièrement dans des départements des universités états-uniennes, est de savoir si cette spécialité mérite de survivre, étant donné le lien qu’elle entretient avec l’Occident et la « race » (blanche). Ce genre de question diffère des mises en cause modernistes du 20ème siècle sur la fonction d’exclusion sociale remplie par le latin et le grec. Ce dont il s’agit porte sur le contenu même de la spécialité qu’on peut suspecter de servir à dominer. Vesperini avance trois arguments pour défendre les classics : il est faux d’amalgamer le but de cette discipline, qui est de pure connaissance, avec la façon dont elle a pu être comprise et mise en œuvre par certains (il rappelle que d’éminents spécialistes comme Jean-Pierre Vernant ont eu un rôle tout à fait novateur et progressiste) ; étudier des agents historiques n’est pas les approuver ; la recherche de la vérité ne peut être conçue selon une pure logique politique.

L’autre étude de cas porte sur la question, qui agite pas mal de monde, des statues méritant ou pas d’être déboulonnées. Thomas Jefferson est un exemple particulièrement instructif. Second Président des États-Unis, il est l’un des auteurs de la Constitution qui posait le principe des droits de l’homme ; mais il était aussi un propriétaire d’esclaves. Que faut-il faire ? Retenir l’un des aspects plutôt que l’autre ? Ou bien, dénoncer les droits de l’homme comme un instrument de domination « occidentale » ? Vesperini pense que l’erreur est d’accorder aux statues plus d’importance qu’elles n’en ont : leur fonction n’est pas de célébration mais de mémorisation ; la mémoire n’invite pas à la dévotion et elle peut parfaitement favoriser des débats, scientifiques ou politiques. Cela ne signifie certainement pas que toutes les statues doivent être conservées. Quelques-unes méritent évidemment d’être déboulonnées si le bilan concerné est totalement négatif comme celles de monstres sanguinaires du 20ème siècle. Mais d’autres peuvent être maintenues : il en va ainsi pour celle de Winston Churchill, une personnalité très conservatrice, mais dont le rôle dans l’issue de la Seconde guerre mondiale a été, comme on sait, déterminant. Un autre critère est celui du contexte dont la prise en compte incite à relativiser les évaluations suggérées par le présent.

Peut-être faut-il renoncer à chercher dans l’histoire plus de morale qu’il n’y en a. Il n’y a pas de héros totalement vertueux et la quête de candidats à ce type de positions risque bien de s’avérer démoralisante. Il ne s’agit pas de faire une histoire édifiante, mais tout simplement de donner des jalons (noms, dates, événements…) pour une histoire accessible à tous, offerte à la discussion. Ce serait déjà ça. Le risque de la cancel culture est de détourner la lutte pour la justice et l’égalité vers des questions de symbolisme sans effet sur la vie des gens, des questions qui, à vrai dire, intéressent essentiellement des intellectuels croyant agir dans la bonne direction. Le livre de Vesperini n’entend pas apporter une réponse définitive à des questions complexes où d’autres éclairages sont utiles, mais il a le mérite de montrer l’importance des qualités intellectuelles de clarté et de sérénité.

Pierre Vesperini, Que faire du passé ? Réflexions sur la « cancel culture », Paris, Fayard, 2022.



Citer ce billet
Louis Pinto (2022, 2 novembre). Recension de Pierre Vesperini, Que faire du passé ? Réflexions sur la « cancel culture », Paris, Fayard, 2022. Le carnet de Savoir/Agir. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11oz6

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search