Charte Savoir/Agir

(mise à jour 2024)

La revue Savoir/Agir créée en 2007 par le collectif « Raisons d’agir » s’inscrit dans la ligne
défendue par Pierre Bourdieu. Elle se veut l’expression d’un intellectuel collectif autonome
capable d’intervenir dans le champ politique en prenant appui sur les compétences spécifiques
liées à l’exercice du métier de chercheur en sciences sociales.

Cette conception cherche à établir des liens solides et durables entre les sciences sociales, la
critique des différentes formes de domination et les forces progressistes. Renonçant à une
illusoire « neutralité axiologique », elle est explicitement « scientifico-politique », « socio-
logiquement » engagée en faveur d’une « gauche de gauche » sans suivisme ni sectarisme. Elle
se réclame d’un rationalisme critique, universaliste et ouvert.

La lutte contre le néolibéralisme (et le social-libéralisme pour autant qu’il s’en distingue)
constitue l’axe principal de cette conception de l’engagement intellectuel. Loin d’être une
feuille de route définie une fois pour toutes, elle s’enrichit des progrès et des remises en cause
de la connaissance, mais elle doit aussi compter avec des clivages, des mots d’ordre ou des
slogans plus conjoncturels. L’une des raisons d’être de cet intellectuel collectif est de refuser
les débats artificiels et les jeux verbaux aux airs de radicalité politique, tout en essayant
d’apporter un peu de clarté sur des questions embrouillées, trop souvent propices à des prises
de position passionnées et passionnelles. Dans une époque guettée par l’obscurantisme et la
démagogie, il n’y a pas d’autre voie que le débat argumenté, rigoureux, sobre et loyal.

La charte initiale de Savoir/Agir est toujours d’actualité. Simplement, elle a été conçue dans
une période dont l’ordre du jour était dominé par les réformes des retraites et du droit du travail,
les politiques d’austérité budgétaire, les attaques contre les services publics, etc. Ces
orientations régressives se sont accentuées depuis et la « social-démocratie » de gouvernement
y a perdu une grande part de sa crédibilité. Par ailleurs, d’autres questions sont apparues dont
certaines sont amplifiées et/ou manipulées par une extrême-droite « établie » : immigration,
identité, race, laïcité… Par ailleurs, l’appartenance à l’Union européenne ou le dérèglement
climatique imposent de nouvelles grilles d’analyse. Répondre à ces enjeux suppose, outre des
enquêtes informées, une posture intellectuelle aussi disponible pour l’exploration de voies
inédites que réticente envers les pseudo-ruptures du prophétisme politico-médiatique et les
fausses alternatives conceptuelles ou politiques.

 

The Charter of Savoir/Agir (2024)

Savoir/Agir is a social science periodical, created in 2007 by the collective ‘Raisons d’agir’. In
line with Pierre Bourdieu’s conception of the autonomous collective intellectual figure, it
intervenes in the political field by building on the specific knowledge and skills of social
scientists.

It thus seeks to establish solid and durable links between progressist forces in the political field
and the social sciences and its critique of different forms of domination. Renouncing an illusory
‘axiological neutrality’, this vision is explicitly ‘scientific-political’ and ‘socio-logically’
committed to a ‘left of the left’ while rejecting conformist as well as sectarian stances. It defends
a form of rationalism that is critical, universalistic and open-minded.

The struggle against neo-liberalism – and social-liberalism insofar as it differs from it – is
central to this conception of intellectual commitment. Far from being a roadmap defined once
and for all, it is enriched by the progress and challenges of knowledge and also takes into
account the zeitgeist, with its changing faultlines, catchwords or slogans. One of the reasons for
the existence of this collective intellectual figure is to refuse artificial debates and verbal games
with false airs of political radicalism, while trying to bring a little clarity into confused
questions, too often conducive to passionate and impassioned stances. In an era threatened by
obscurantism and demagogy, there is no other way than a rigorous, well-informed, sober and
fair debate.

Originally conceived at a time when the agenda was dominated by pension reforms and labour
laws, budgetary austerity policies, attacks on public services, and so on, the initial charter of
Savoir/Agir is still valid. These regressive orientations have since become more accentuated
while in the meantime governmental ‘social democracy’ largely lost credibility. Other issues
have since been foregrounded, some of which are amplified and/or manipulated by an
increasingly ‘established’ extreme right: immigration, identity, race, secularism, and so on. In
addition, new questions – such as affiliation to the European Union or climate change –call for
new analytical frameworks. Besides well-informed investigations, responding to these issues
requires an intellectual posture that is both open to the exploration of new paths and reluctant
to accept the pseudo-breakthroughs of media-political prophecy and false conceptual or
political alternatives.



Citer ce billet
Savoir/Agir (2023, 10 juillet). Charte Savoir/Agir. Le carnet de Savoir/Agir. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tvxu

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search