Écrire un article pour Savoir/Agir – nouvelle formule 2024

Qu’est-ce qu’un article pour Savoir/Agir ?

Savoir/Agir n’est pas une revue académique comme une autre. Parce que l’objet même de la sociologie en fait une science « politique », Savoir/Agir en tire les conséquences : renonçant à revendiquer une illusoire « neutralité axiologique », elle est explicitement « scientifico-politique » et « socio-logiquement » engagée.

Ce type d’engagement impose cependant un double devoir de scientificité et de réflexivité. En clair, un article pour Savoir/Agir n’est évidemment ni un tract, ni un exposé de ses états d’âme ou de ses croyances. L’exigence scientifique de Savoir/Agir n’est pas moindre que celle des revues académiques.

L’intention d’atteindre un public plus large que celui des professionnel·les de la recherche impose un effort de lisibilité des articles publiés par la revue. Cela se traduit concrètement par cinq caractéristiques :

  1. une exigence de clarté et de pertinence quant à l’enjeu scientifique et politique de l’article proposé (quel est l’objet de l’article ? que cherche-t-il à montrer ?) ;
  2. la relative brièveté des articles (20 à 30 000 signes sauf exceptions justifiées) ;
  3. la limitation de l’appareil de notes au strict nécessaire ;
  4. la limitation des références au minimum indispensable ;
  5. la correction de la forme (orthographe et syntaxe).

De façon générale, Savoir/Agir accueille trois « genres » d’articles :

  1. des articles « originaux » qui – classiquement – exposent les conclusions sociologico-politiques d’une enquête ;
  2. des articles qui exposent une synthèse de travaux antérieurs : les siens (une thèse, par exemple) ou ceux d’autres auteurs et autrices (un compte-rendu) ;
  3. des articles qui ébauchent une prise de position argumentée sur telle ou telle question d’actualité ou sur tel ou tel débat intellectuel.

Bien que la ligne de partage ne soit pas toujours évidente entre les deux premiers genres et le troisième :

  • les articles qui relèvent des deux premiers ont vocation à être publiés dans la revue Savoir/Agir ;
  • ceux qui relèvent du troisième dans le blog Savoir/Agir.

Outre les articles du blog (Le Carnet de l’association Savoir/Agir), les articles publiés par la revue Savoir/Agir sont actuellement classés dans plusieurs rubriques :

  • Le « Dossier » est un ensemble d’articles organisés autour d’une thématique particulière (10 à 12 articles environ, précédés d’une introduction problématisée). Le dossier est coordonné par un ou plusieurs membres du comité de rédaction de la revue. Il peut être co-organisé par un chercheur extérieur au comité. Il peut aussi être proposé par des chercheurs extérieurs à Savoir/agir. Trois résumés avec des objectifs différents doivent être transmis : 8 mois avant, un titre et un texte (l’ensemble doit être < 1 000 signes espaces compris, mots-clés en sus) à transmettre 9 mois avant la publication (en direction des libraires) ; un titre et un texte pouvant être un peu plus longs (1 500 ou même 2 000 signes) pour les plates-formes de vente par correspondance (en l’accompagnant de l’énumération des « points forts » de ce dossier) ; enfin, le titre et le résumé de la 4e de couverture, à transmettre en même temps que les articles (entre 1 000 et 1 500 signes max). Ces trois textes peuvent être très proches l’un de l’autre.
  • Le « Grand Entretien » est une interview menée par un membre du comité de rédaction de la revue auprès d’une personnalité du monde politique, syndical, culturel, social ou économique, dont les propos peuvent éclairer la compréhension d’enjeux importants et/ou dont l’œuvre s’inscrivent dans les perspectives de la revue. L’entretien est mis en forme et fait l’objet d’une présentation introductive.
  • La rubrique « Paroles » a pour objet de publier des entretiens avec des personnes du monde social autour d’une problématique précise. L’inspiration est celle de La misère du monde. Les entretiens, qui peuvent être raccourcis, sont précédés d’un petit texte de présentation de la personne et de la problématique traversant l’entretien. Aucun milieu social ni aucune thématique ne sont exclus.
  • La rubrique « Chroniques du monde » accueille des analyses critiques des actualités provenant des quatre coins du globe, ainsi que les divers enjeux politiques,
    économiques, sociaux, culturels, environnementaux et d’autres, qu’ils soient d’ordre mondial, régional ou local.
  • La rubrique « Culture » propose des analyses sociologiques des mondes de l’art et de la culture. Elle présente également des lectures et comptes rendus sociologiques de l’actualité des productions culturelles (livres, films, etc.)
  • La rubrique « Idées » propose des prises de position ou des réflexions sur des sujets d’actualité ou sur des sujets, sinon inactuels, du moins décalés par rapport aux grands débats politico-intellectuels, mais il peut s’agir aussi d’une analyse d’un livre.
  • La rubrique « Pédagogie » est destinée à réfléchir aux obstacles à l’appropriation de la sociologie et donc aux conditions de possibilité de la transmission des outils
    d’analyse sociologiques. Elle offre la possibilité, parallèlement, de présenter de façon simple certains éléments constitutifs de la démarche sociologique. Elle entend plus
    généralement fournir un espace de réflexion sur les transformations des conditions d’enseignement de la sociologie et des sciences sociales, à l’université et ailleurs.
  • La rubrique « Points de vue d’acteurs » donne la possibilité à des acteurs d’exprimer leur point de vue sur une question d’actualité économique, sociale, culturelle, politique.

Les recensions d’ouvrages sont classées dans l’une ou l’autre rubrique selon les thématiques qu’elles abordent.

Les articles non sollicités, issus de l’appel permanent à varia, sont intégrés à la fin des autres rubriques dans une rubrique « Varia ». Exceptionnellement, s’ils correspondent au dossier du moment, ils peuvent y être intégrés par les coordinateurs du dossier.

Tous les articles publiés dans Savoir/Agir sont soumis à une double lecture :

  • ceux du dossier sont lus par le, la, ou les responsables du dossier et un·e membre du comité de rédaction de la revue (ou, si nécessaire, par un lecteur ou une lectrice
    extérieure) ;
  • les articles des différentes rubriques sont lus par le ou la responsable de la rubrique et un·e membre du comité de rédaction de la revue (ou, si nécessaire, par un lecteur ou une lectrice extérieure) ;
  • les membres du comité de rédaction et les lecteurs et lectrices extérieures disposent d’une grille d’évaluation ;
  • les textes publiés dans le blog Savoir/Agir sont soumis avant publication à l’appréciation des responsables du blog.

La revue examine également les propositions de dossiers, qui doivent être accompagnés d’un titre, d’un argumentaire scientifique (maximum 3 pages), d’un résumé (maximum 1 000 signes espaces compris) et d’une liste de titres et des auteurs et autrices correspondants (10 à 12 articles par dossier).

Les propositions d’articles sont à adresser à la fois au responsable éditorial Michel Koebel et au directeur de la publication Frédéric Lebaron. Dans le courriel d’envoi, merci de préciser l’adresse postale à laquelle sera envoyée la version papier du numéro (si plusieurs auteurs : adresse postale de chaque auteur ou autrice) si l’article est accepté et publié.

 

Consignes d’écriture aux auteur·es d’articles pour la revue Savoir/Agir

À noter : ne pas utiliser de feuille de style pour les articles.

Ne pas utiliser le caractère souligné. Les caractères gras ne sont à utiliser que pour le titre de l’article et les sous-titres (pas plus de deux niveaux de sous-titres : premier niveau en gras, sans retrait de paragraphe, 2e niveau sans gras, sans retrait de paragraphe ; toujours laisser une ligne vide avant et après un sous-titre). Pour accentuer exceptionnellement un mot, on utilise le caractère italique.

Titre de l’article

Le titre de l’article doit faire maximum 60 signes espaces compris. Il est possible d’ajouter un sous-titre, mais le titre principal doit être représentatif de l’article, parce que ce sous-titre ne sera pas repris dans le sommaire, ni dans le rappel du titre en haut et à droite des pages impaires de l’article (d’où la limitation à 60 signes).

Taille des textes

Autour de 20 à 30 000 signes (espaces compris) avec une tolérance (à justifier). Si cette taille maximale ne peut être respectée, il faut en parler avant la soumission au responsable éditorial.

Images, photos, graphiques, tableaux

Il est possible d’intégrer des images, photos et graphiques dans le texte. Depuis le n°64 (de Printemps 2024), il est possible de garder les couleurs, qui apparaîtront dans Cairn et dans les versions pdf téléchargées (plus de 90 % de nos lecteurs). Cependant, dans la version papier, ces objets n’apparaitront qu’en niveaux de gris. Il faut donc veiller à ce que ces objets soient compréhensibles en niveaux de gris :

  • Les tableaux ne doivent être ni trop larges (au risque de devenir illisibles : la largeur du texte n’est que de 12,7 cm), ni trop longs.
  • Les photos/images doivent être fournies en fichiers séparés avec la meilleure définition possible et libres de droits (ou avec un accord écrit).

De manière générale, les graphiques doivent être préférés aux tableaux (pour une meilleure lisibilité) et leur nombre doit être limité.

Liens hypertextes

L’immense majorité des lectrices et lecteurs de Savoir/Agir passent par Cairn.info. Une lecture en ligne ou sur un pdf téléchargé permet d’aller à la source en un seul clic. Évidemment, en version papier, on ne peut pas cliquer. Écrire l’adresse du site est inutile et prend trop de place. Un bon compromis consiste à dire de quelle source il s’agit et d’introduire un lien hypertexte sur cette description sommaire.

Exemple 1 : Comme le précise l’auteur sur la page de présentation de son site internet, il est « photographe et sociologue »…

Exemple 2 : Dans un article bouleversant publié dans The Guardian à la suite du retour des talibans à Kaboul, …

Références bibliographiques

Elles apparaissent en notes de bas de page mais elles doivent être les moins nombreuses possible. Il n’y a donc pas de bibliographie à la fin des textes.

Façon de citer :

  • Pour un livre : Prénom (en toutes lettres : les initiales seules ne sont pas acceptées) Nom, Titre du livre (en italiques), Lieu de publication, Éditeur, Collection (facultatif), année de publication. Pour les publications en anglais, les mots principaux des titres prennent une majuscule initiale ; en allemand, les substantifs prennent une majuscule initiale.
  • Pour un article scientifique : Prénom (en toutes lettres : les initiales seules ne sont pas acceptées) Nom, « Titre de l’article » (en caractères romains et entre guillemets (type de guillemets selon langue de l’article)), Titre de la revue ou du journal (en italiques), numéro et année de publication, pages (p. XX-XX) (ne pas oublier l’espace insécable entre p. et XX-XX). Pour les publications en anglais, les mots principaux des titres prennent une majuscule initiale ; en allemand, les substantifs prennent une majuscule initiale.
  • Pour un article de presse : Prénom Nom, « Titre de l’article » (en caractères romains et guillemets selon langue), Titre du journal (en italiques), date de publication (par
    exemple : 9 juillet 2015).
  • Pour un article ou chapitre tiré d’un ouvrage collectif : Prénom Nom (de l’auteur), « Titre de l’article ou du chapitre » (entre guillemets selon langue), in Prénom Nom (de
    celui/celle qui a dirigé l’ouvrage) (dir.), Titre du livre (en italiques), année de publication, pages concernées (p. XX-XX) (ne pas oublier l’espace insécable entre p. et XX-XX).

S’il y a deux auteurs ou autrices, écrire Prénom 1 Nom 1, et Prénom 2 Nom 2.

S’il y a trois auteurs ou autrices (ou plus), écrire Prénom 1 Nom 1, Prénom 2 Nom 2, et Prénom 3 Nom 3.

En cas de répétition, faire référence comme suit :

  • S’il s’agit d’un livre : Prénom Nom, op. cit.
  • S’il s’agit d’un article : Prénom Nom, art. cit.
  • Si une référence est citée dans une note immédiatement successive : Ibid.

Indications concernant le corps du texte

  • Les majuscules (A et les E) sont systématiquement accentuées, s’il y a lieu bien sûr.
  • Ne pas oublier l’espace insécable avant le point-virgule, double point, point d’exclamation, point d’interrogation ; après l’ouverture d’un guillemet français et avant la fermeture d’un guillemet français.
  • Les mots étrangers ou latins sont mis en italique.
  • Pour les sigles : s’ils se lisent comme un mot (exemple : Insee ou Unesco), on met en principe des minuscules ; s’il faut dire les lettres les unes après les autres comme dans SNCF ou FSU, on met des majuscules (et pas de point entre les lettres).
  • Pour les siècles, on écrit en toutes lettres : vingtième (et non XXe).
  • Pour les dates, on écrit 9 juillet 2015 (et non 09/07/2015).
  • Concernant l’épineuse question de l’ordre entre ./,/guillemets. La règle est en principe simple : si le texte entre guillemets commence par une majuscule, le point (éventuellement d’interrogation ou d’exclamation) final précède le guillemet de fermeture (exemple : Didier dit : « J’ai rencontré des syndicalistes. »). Dans le cas contraire, il se met en dehors des guillemets. Les citations commencent toujours par une majuscule lorsqu’elles sont précédées d’un double-point. Les coupes dans les citations faites par l’auteur de l’article sont indiquées par « […] ». L’appel de note suit toujours immédiatement le dernier mot de la citation (sans espace) et précède toujours la ponctuation et les guillemets de fermeture (« citation2. » ou « citation2 ».).
  • Pour les guillemets : on utilise les guillemets du type « » (guillemets français). S’il y a des guillemets dans les guillemets, il faut utiliser “ ”. La seule exception concerne les citations de documents en langue étrangère (voir plus haut).
  • Les noms propres sont en lettres minuscules (et non en capitales, sauf la première lettre bien sûr). Mentionner le prénom et le nom lors de la première apparition du nom, ensuite initiale du prénom et nom.
  • Écrire « les années 1980 » (et non « les années 80 » ou « les années quatre-vingt »).
  • Les extraits d’entretiens, d’archives ou d’observation sont indiquées en décalé dans le texte. Les informations sur la source (par exemple Entretien avec Denis, syndicaliste, 38 ans) sont indiquées à la fin de l’extrait entre parenthèses (pas en note).

Indications concernant l’écriture inclusive

L’écriture inclusive doit, si l’auteur·trice l’estime souhaitable, être utilisée de manière raisonnée en privilégiant autant que possible les tournures épicènes et, surtout, en utilisant exclusivement le « point du milieu » (mais sans trop surcharger le texte). Il est important que, dans un même article, ce type d’écriture soit harmonisé.

Indications concernant les dates de transmission des articles

Pour les articles faisant partie de dossiers :

  • Pour une parution dans le n° de printemps, envoi de la première version avant le 30 novembre.
  • Pour une parution dans le n° d’automne, envoi de la première version avant le 31 mai.

Pour les articles Varia, il n’y a pas de date limite : les articles, à partir du moment où ils respectent les consignes d’écriture ci-dessus, font l’objet d’expertises, avec ou sans révisions et navettes, et de décision de publication (ou non) dans la revue ou le blog Savoir/Agir. Ceux retenus pour publication en Varia attendent ensuite la prochaine possibilité de publication.

De manière plus générale, outre la rigueur scientifique de chaque article, est évaluée également lors des expertises l’inscription du contenu dans une perspective « politique » (cf. la Charte Savoir/Agir dans la même rubrique du carnet).



Citer ce billet
Savoir/Agir (2023, 10 juillet). Écrire un article pour Savoir/Agir – nouvelle formule 2024. Le carnet de Savoir/Agir. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tvxv

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search