Une hirondelle ne fait pas le printemps… du « Nobel » d’économie

interview de Frédéric Lebaron, menée par Ambre Couvin

Ambre Couvin – Comment expliquer la plus grande représentation des économistes orthodoxes dans les lauréats du “prix Nobel” d’économie ?

Frédéric Lebaron – Le prix de la Banque de Suède en mémoire d’Alfred Nobel a été créé sur l’initiative de la banque centrale suédoise, dans un contexte de tension  institutionnelle avec un gouvernement social-démocrate, pour affirmer l’indépendance de l’institution et son ancrage dans une discipline internationalisée. Dès le départ, il vise à légitimer la conception dominante de la science économique telle qu’elle a cours dans le monde occidental: mathématiquement formalisée et, pour simplifier, issue du courant “néo-classique” né à la fin du dix-neuvième siècle. Dans les premières années (à partir de 1969), on observe une certaine diversité des profils des lauréats, avec des macroéconomistes keynésiens puis quelques néo-libéraux radicaux, mais aussi quelques économistes plus “critiques”. En 1974, Hayek doit partager le prix avec le Suédois Gunnar Myrdal, économiste socialisant qu’il exècre. L’année suivante, un mathématicien soviétique obtient le prix pour des travaux très formalisés. Puis le prix tend à devenir toujours plus étatsunien si l’on considère les universités d’exercice des lauréats. Ce prix de la Banque de Suède dit “prix Nobel” est donc d’abord un instrument de légitimation de la science économique dans son acception étatsunienne dominante, avec un tropisme très libéral dans les années 1980-1990 qui s’est légèrement atténué depuis. Ainsi, les recherches empiriques ont pris plus de place et trois femmes ont obtenu le prix à ce jour, sur un total de 93.

Ambre Couvin – Est-ce que la nomination de Claudia Goldin constitue une rupture importante vis à vis des habitudes d’attribution des prix ?

Frédéric Lebaron – Le plafond de verre ayant été brisé par Elinor Ostrom en 2009, puis Esther Duflo en 2019, la désignation d’une femme n’est pas une première (même si le processus s’accélère: nous en sommes donc à une femme tous les 5 ans). Le choix d’une “empiriste” qui a travaillé sur la longue durée et sur le marché du travail n’est pas non plus inédit. On pourrait justement citer Gunnar Myrdal ou les “cliomètres” Douglas North et surtout Robert Fogel, le directeur de thèse de Claudia Goldin. Si l’on regarde d’ailleurs plus largement les directeurs de thèse des lauréats de ces dernières années, on observe le poids des mécanismes de reproduction de la discipline qui a ses parcours de consécration. Mais surtout, dans la continuité du prix depuis de nombreuses années, Claudia Goldin réunit les principales propriétés académiques qui permettent de prétendre au prix de la Banque de Suède: elle a reçu le prix Clarivate pour ses nombreuses citations dans les revues dominantes en économie, toutes étatsuniennes, et elle est elle-même très installée dans le paysage universitaire et institutionnel des Etats-Unis, membre de l’académie américaine des arts et sciences, directrice du programme de développement de l’économie américaine au National Bureau of Economic Research. Elle réunit beaucoup de “bonnes propriétés”, surtout si l’on ajoute que ses résultats sont compatibles avec la théorie économique la plus standard, puisqu’elle insiste notamment sur le choix microéconomique de poursuivre des études comme déterminant des inégalités femmes-hommes sur le marché du travail. Rien donc qui bouleverse le paysage scientifique, même si l’on peut se réjouir que des sujets comme la contraception ou la scolarisation des filles, question déjà centrale pour l’Indien Amartya Sen (prix 1998) ou Esther Duflo (prix 2019), soient mis au centre des enjeux économiques et donc politiques.

Ambre Couvin – Peut-on anticiper une plus grande représentation des différents courants à l’avenir ?

Il est difficile de faire des prévisions sur un système aussi complexe que la science économique internationale et ses instances de consécration, surtout dans une période marquée par des changements géopolitiques et géoéconomiques rapides qui se traduisent par une remise en cause de l’hégémonie américaine. Ce qui pourrait arriver, par exemple, serait la création de prix moins clairement ancrés dans l’hégémonie occidentale, en particulier dans le domaine des sciences sociales, comme (pur jeu de l’esprit) un prix de la banque des BRICS en sciences sociales. Ce serait assez intéressant à observer, surtout si cela conduisait à décentrer le regard vers d’autres disciplines comme l’anthropologie, l’histoire, la linguistique…

S’agissant du prix de la Banque de Suède, il n’est que rarement revenu à des lauréats issus du Sud global jusqu’à présent: Arthur Lewis, seul lauréat Noir à ce jour, issu de Sainte-Lucie mais qui a bien sûr fait son cursus dans le monde anglo-saxon (prix 1979), Amartya Sen et Abhijit Banerjee (prix 2019), deux économistes du développement indiens aux carrières britanniques et étatsuniennes – Banerjee a même pris la nationalité américaine, comme d’autres anciens lauréats, tels le Français Gérard Debreu (prix 1983). La prochaine étape, si l’on suit un raisonnement intersectionnel (qui correspond à des jeux d’équilibre politico-académiques internes au champ global et au comité qui attribue le prix), est la nomination d’une femme issue du Sud global et si possible “racisée”: cela devrait arriver assez prochainement. Comme le noyau orthodoxe de la discipline reste très prégnant et que le cursus honorum passe par quelques institutions prestigieuses, cela restreint l’espace des possibles. N’étant pas parieur, je ne donnerai pas de noms.

Quant aux approches, une vraie rupture serait l’attribution du prix à un.e chercheur.e qui aurait fait une carrière dans un autre cadre géographique et dans une discipline étudiant l’économie d’un point de vue différent, soit hétérodoxe soit relevant des sciences sociales de l’économie (par exemple une anthropologue du développement faisant du terrain dans un pays dominé). Nous en sommes encore loin, même si l’histoire connaît parfois des accélérations surprenantes.



Citer ce billet
Frédéric Lebaron (2024, 8 février). Une hirondelle ne fait pas le printemps… du « Nobel » d’économie. Le carnet de Savoir/Agir. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vs4s

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search