Savoir et agir : un exercice de sociologie globale appliquée

Ce billet est la retranscription d’une vidéo dans laquelle Frédéric Lebaron présente son nouvel ouvrage, « Savoir et Agir. Chroniques de conjoncture (2007-2020) », publié aux éditions du Croquant.

Ce livre est un exercice de sociologie appliquée à l’actualité, ou plus précisément à ce que l’on appelle la conjoncture, c’est-à-dire des processus de court terme, et un exercice de sociologie globale, c’est-à-dire pas exclusivement centrée sur le cadre national ou même européen.

Depuis 2007, j’ai tenu trimestre après trimestre la chronique de divers changements économiques, politiques et culturels que j’ai estimé importants, avec sûrement une part de subjectivité et quelques biais que j’essaie de contrôler autant que possible de façon réflexive.

Évidemment, 2007 est d’abord le début de la grande crise financière qui fait dévier le cours de la mondialisation et les politiques néolibérales. Très vite, j’ai documenté la façon dont l’ordre néolibéral allait rapidement se rétablir, moyennant certaines inflexions : retour temporaire d’un certain discours régulateur, interventionniste, etc. La principale évolution réelle et profonde, ce sont les politiques monétaires des banques centrales, qui deviennent durablement expansionnistes, cela jusqu’à aujourd’hui. On a donc en un sens une fuite en avant dans la création monétaire et la spéculation financière pour sauver le système économique mondial.

Le deuxième grand trait de la période, c’est la pression accrue qui se reconstitue rapidement (fin 2009) sur les finances publiques, et en particulier les composantes sociales des États : éducation, santé, solidarité, l’État social est plus que jamais attaqué durant cette période. C’est vrai dans tous les pays dominants, mais plus particulièrement au sein de la zone euro qui a bien sûr une place de choix. Les partis de gauche, socio-démocrates, sont associés à ce tournant austéritaire assez brutal et cela contribue à l’éclatement croissant du champ politique, à des révolutions au Moyen-Orient et dans le monde arabe, etc.

La transition écologique qui devient chaque jour plus nécessaire à la lumière des données scientifiques est rendue très incertaine du fait de ces politiques austéritaires et de l’influence des lobbies économiques (industriels, médiatiques, etc.) qui inhibent les forces du changement.

Le troisième grand trait de la période, c’est la montée de la Chine, et derrière elle de l’Asie, et ses effets sur l’ensemble du système économique et politique mondial, avec des phénomènes assez inouïs, comme le trumpisme à partir de 2016 : une tentative de rétablissement de la puissance industrielle américaine, et un nouveau modèle national très éloigné des « fondamentaux » de la démocratie américaine (sur l’immigration, le libre-échange, etc.).

Je montre aussi que l’émergence d’Emmanuel Macron en France n’est pas si opposée, puisqu’elle exprime la mainmise de l’oligarchie technocratique et financière sur les politiques publiques et la poursuite du projet néolibéral d’inscription dans la mondialisation financière.

La conclusion du livre ouvre des perspectives, centrées sur la transition socio-environnementale, enjeu principal de notre temps, que je ne dissocie pas de la mobilisation des classes populaires à l’échelle mondiale. Ces perspectives vont revenir au centre de l’agenda quand la pandémie quittera enfin les gros titres.

Cite this article as: Frédéric Lebaron, "Savoir et agir : un exercice de sociologie globale appliquée," in Le carnet de Savoir/Agir, 18 janvier 2021, https://savoiragir.hypotheses.org/36.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search