Quelle période s’ouvre en décembre 1995 ?

Retour sur les origines de notre engagement aux côtés de Pierre Bourdieu.

Intervention dans le cadre d’un webinaire organisé par la Fondation Copernic le 13 janvier 2021.

Comme je viens de publier un ouvrage et continue de travailler sur la période 2007-2020, je suis très heureux d’être sollicité par la Fondation Copernic pour revenir en arrière, en novembre-décembre 1995. Cette période a commencé, pour certains d’entre nous ici présents virtuellement, par une petite rupture biographique. J’aurais donc tendance à adhérer spontanément à l’implicite du titre qui nous est proposé, mais on pourrait bien sûr le discuter. Admettons donc que la fin de l’année 1995 ouvre une nouvelle période, la question est : laquelle ?

Dans mon cas, la petite rupture biographique est l’engagement durable aux côtés des grévistes, notamment des cheminots, des salariés de la RATP, et plus largement du « mouvement social »1. Il me permettait de renouer avec l’esprit de novembre-décembre 1986, que j’avais vécu activement comme lycéen en province2. En 1995, je suis devenu doctorant en sociologie, et avec un petit groupe de camarades, nous nous engageons dans une enquête sur les luttes intellectuelles en France, au moment-même où le fondateur de notre laboratoire, et plus largement du type de sociologie que nous pratiquons, Pierre Bourdieu, prend position avec un important écho3. Nous l’écoutons le 12 décembre à la gare de Lyon, en présence de nombreux, acteurs du mouvement social défendre une civilisation des services publics mise à mal par la technocratie néolibérale et transnationale. Décembre 95 ouvre avec fracas les « années Bourdieu », au moins pour une partie du mouvement social français4 et international.

En un sens, pour nous, 1995 ouvre surtout, pour moi et pour quelques autres5, une période assez originale de travail et d’engagement aux côtés de Pierre Bourdieu et du mouvement social. Je vais évidemment partir de là, car c’est mon expérience, mais pour essayer d’en dégager quelques traits plus généraux.

Premier trait : l’arrivée des sciences sociales (en particulier des sciences sociales empiriques), portées par les nouvelles générations de la massification universitaire, dans le monde des mouvements sociaux, la figure de Bourdieu n’étant pas celle d’un grand intellectuel isolé (même si beaucoup, peut-être inconsciemment, l’y ramènent), mais porteuse de dynamique collective. J’insiste d’autant plus sur ce point qu’il est en général peu questionné ou rapporté à des cas antérieurs de liaisons « intellectuels-mouvement social », autour de Sartre ou de Foucault.

La nouveauté est aussi, sur ce plan, une certaine reconfiguration des rapports inter-disciplinaires et intra-disciplinaires. La montée de l’économie néoclassique et des orientations néolibérales, à l’échelle internationale, est bien établie et les forces de résistance se situent autant à l’extérieur de l’économie (sociologie, science politique, voire histoire et anthropologie) qu’à l’intérieur : l’économie critique, en difficulté institutionnelle, continue de susciter un certain dynamisme intellectuel et militant, après 95 avec l’appel des économistes pour sortir de la pensée unique (Liêm Hoang-Ngoc, Christophe Ramaux, Thomas Coutrot…). Les prises de position de Bourdieu, qu’il s’agisse de « l’appel Bourdieu », de son intervention à la gare de Lyon ou un peu plus tard aux « états-généraux du mouvement social » soulignent d’ailleurs cet aspect important : l’économie sous sa forme néolibérale est aux commandes et elle promeut une contre-révolution symbolique, sous les dehors de « la Réforme » (par exemple telle qu’elle est portée par la pétition « Esprit » issue de la Fondation Saint-Simon). Il faudra la contestation des politiques du FMI, en Asie et en Russie, pour qu’apparaisse une dissidence interne à l’orthodoxie néo-classique, incarnée par Stiglitz, Krugman, Fitoussi et plus tard par Piketty. Elle explique certaines évolutions ultérieures.

Dans cette configuration, la sociologie « de Bourdieu » ou « à la Bourdieu » a une place à mon avis assez particulière, notamment par ce qu’elle offre des outils de réflexivité, des techniques d’enquête, un discours moins idéologique et plus centré sur le réel. Ce discours est sans doute relativement plus en phase avec les attentes d’une partie de la jeunesse scolarisée et universitaire, mais aussi de militants souvent revenus du dogmatisme associé à certains usages du marxisme. Bien sûr, on retrouve durant cette période une critique ancienne de l’inaction des intellectuels, venant surtout des milieux les plus militants, mais, justement, la posture sociologique n’implique pas pour Bourdieu de retrait hors-du-monde, tout au contraire, et cela depuis ses travaux sur l’Algérie6. Il s’agit alors d’inventer des raisons d’agir, de lier savoir et action, etc., trouver de nouveaux outils de diffusion (petits livres, états-généraux liant chercheurs et acteurs sociaux).

Deuxième trait : l’horizon est international. Nous avons alors le sentiment de participer à un mouvement international et même universel, qui redonne vie à un projet progressiste (« socialiste ») mis à mal par l’effondrement de l’URSS. C’est bien sûr lié au fait que Pierre Bourdieu est devenu à cette période un « intellectuel global »7: ses livres sont traduits dans de nombreuses langues, il reçoit de nombreuses sollicitations, invitations du monde entier, etc… Mais c’est aussi lié au fait qu’il tente de créer une structuration allant bien au-delà de celles du champ politique, syndical et associatif en France : l’équipe de Bourdieu reçoit par exemple des syndicalistes de la KCTU coréenne, de la CTA argentine, ou encore des amis intellectuels africains critiques (Jean-Bernard Ouedrago, Abel Kouvouama…). Nous nous engageons en particulier à l’époque dans un travail de mise en réseau à l’échelle européenne (Belgique, Grèce, Autriche, Allemagne…), d’abord structuré autour de chercheurs (Franz Schultheis, Nikos Panayotopoulos…), mais aussi rapidement autour de réseaux syndicaux et associatifs (IG-Medien, la GSEE grecque, les « marches européennes contre le chômage »…), et en essayant de penser aussi au-delà de l’Europe. La notion d’états-généraux chère à Bourdieu, avec la référence révolutionnaire qu’elle charrie, est significative d’une volonté de radicale nouveauté.

Troisième trait : décembre 95 ouvre une période de relative recomposition organisationnelle. Relative, car même si la gauche de la CFDT (« Tous ensemble ») va finir par s’éloigner et rejoindre d’autres organisations (la CGT notamment), le champ syndical français et européen se transforme assez peu après 95, voire continue son déclin quantitatif et son repli sur certains bastions. Le paysage syndical français est d’ailleurs étonnamment stable depuis le début des années 90, marquée par la création de la FSU, qui était rapidement parvenue à s’établir au cœur du pôle radical.

Mais il faut souligner que, depuis 1995, les luttes restent défensives face aux contre-réformes néolibérales, et cela jusqu’à aujourd’hui : pensons à l’hiver 2019-2020, qui correspond à une énième résistance aux réformes néolibérales des retraites. Les victoires syndicales sont rares. Les principaux progrès enregistrés depuis lors par « le mouvement social » concernent les droits des femmes (même s’il s’agit ici aussi surtout de résister à des régressions, par exemple en matière d’avortement) et le « mariage pour tous » : sur le front socio-économique, le rouleau compresseur néolibéral n’a pas encore été arrêté.

Le champ politique, on le voit bien en 1997, est structuré autour d’une opposition entre gauche de gouvernement (« gauche plurielle »), en partie issue du mouvement de décembre, et gauche radicale (avec le duo LCR-LO, parfois allié, parfois en opposition durant cette période), et la notion de « gauche de gauche » que nous portons8 ne trouve pas de « débouché politique » fort, comme on disait à l’époque. On pourrait comparer à Mai 68, même si c’est évidemment très discutable : les changements sont encore plus limités, le PS, le PCF et les Verts restent hégémoniques. L’élection du 21 avril 2002 marquera un ébranlement de cette hégémonie, avec les très faibles scores du PS, du PCF et des Verts, et la poussée notable des gauches critiques.

J’ai évoqué plus haut le caractère défensif des organisations syndicales. C’est aussi vrai dans une large mesure des mouvements sociaux au sein desquels le groupe Raisons d’agir est le plus impliqué, notamment le mouvement des chômeurs ou les mouvements au sein de l’éducation qui résistent à des réformes austéritaires. On peut aussi évoquer le fait que l’altermondialisme est par lui-même difficile à organiser de façon durable (contre-sommets, forums sociaux sont coûteux en temps, énergie, moyens financiers…) et que les mouvements de protestation globalisés contre les interventions impérialistes (Kosovo, Irak…), malgré des mobilisations parfois énormes, sont restés largement sans effet. La période qui suit, dans les années 2005-2010 surtout, montre que c’est l’Amérique latine qui prend en quelque sorte le relai de la contestation globale, jusqu’au début des années 2010, avec un processus de changement politique profond au Brésil, en Argentine, au Venezuela, etc. Avec le recul, on ne peut qu’être frappé par le fait que l’Europe n’est plus motrice à l’échelle globale : elle est le lieu d’une offensive néolibérale structurelle face à laquelle nous devons lutter de façon continue pour éviter le pire. L’Asie, y compris la Chine, est peu présente et l’Afrique reste marginale à l’époque, alors que le changement global en sera très certainement issu à l’avenir.

Enfin, le paysage associatif est un secteur à la fois minoritaire et très dynamique dans les années 90 au sein de l’ « espace des mouvements sociaux »9 : cela va se traduire par l’émergence de l’altermondialisme, avec les coordinations anti-OMC et bien sûr avec Attac. On a alors le sentiment de voir émerger un nouvel espace, dans lequel les forces intellectuelles et associatives sont mieux représentées, structurées de façon nouvelle. Nous l’avions pressenti assez tôt en constatant l’intérêt qui se faisait jour pour la taxe Tobin, dès la fin de 199710. Décembre 95 ouvre donc une période de recomposition, mais, avec le recul, sans doute de façon finalement moins forte que ce qu’on imaginait à l’époque.

Peut-être sommes-nous entrés dans une nouvelle période depuis 2020 ? Recommencer 95 ? Oui, mais sur une autre échelle, sans nostalgie et sans illusion rétrospective.


1 Le mouvement dans les transports et la santé fait suite à une mobilisation estudiantine et au grand succès de la marche des femmes fin novembre. Il correspond à une période de fort dynamisme, notamment du côté des syndicats de transformation sociale et des associations de lutte.

2 Au lycée Jean-Baptiste Darnet de Saint-Yrieix-la-Perche (Haute-Vienne), où j’étudiais alors en terminale scientifique.

3 Le résultat de cet engagement est Le « décembre » des intellectuels français, de Julien Duval, Christophe Gaubert, Dominique Marchetti, Fabienne Pavis et moi-même. Nous étions alors tous doctorants en sociologie.

4 Il faut rappeler que Bourdieu était intervenu en 1986, avec beaucoup moins d’écho : « A quand un lycée Bernard Tapie ? », entretien avec Antoine de GaudemarLibération, 4 décembre 1986, p. 4. J’avais personnellement beaucoup apprécié ce texte et avais même commencé alors à m’intéresser à Bourdieu et à ses prises de position, avant de tenter de lire certains de ses travaux. Peu de temps après, il lançait avec d’autres professeurs du Collège de France une association, « Temps Nouveaux », à laquelle j’avais adhéré, ce qui m’avait valu de correspondre avec un militant étudiant de 86.

5 Les premiers participants du collectif Raisons d’agir, comme Franck Poupeau, Gabrielle Balazs, Christophe Charle, Gérard Mauger, Louis Pinto, Bernard Lacroix… https://www.savoir-agir.org/IMG/pdf/CahiersRA1.pdf

6 Pierre Bourdieu, Interventions. Science sociale et action politique, Marseille, Agone, 2002, textes introduits par Franck Poupeau et Thierry Discepolo.

7 Voir Gisèle Sapiro (dir.), Dictionnaire international Bourdieu, Paris, CNRS, 2020.

8 Pierre Bourdieu & al. « Pour une gauche de gauche », Le Monde, 8 avril 1998.

9 Cf. Lilian Mathieu, L’espace des mouvements sociaux, Bellecombe-en-Bauges, Croquant, 2012.

10 Les rencontres européennes contre la précarité, qui se concluent en présence notamment de Loïc Wacquant, sont un énorme succès ; un projet de taxe Tobin, qui répond à un éditorial d’Ignacio Ramonet dans Le Monde diplomatique de décembre 1997, y apparaît comme très mobilisateur. https://www.savoir-agir.org/IMG/pdf/CahiersRA1.pdf

Cite this article as: Frédéric Lebaron, "Quelle période s’ouvre en décembre 1995 ?," in Le carnet de Savoir/Agir, 18 janvier 2021, https://savoiragir.hypotheses.org/46.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search