Gilets jaunes. « Horizontalité », «  manifs-émeutes » et « insurrection »

À propos de La Révolte des Gilets jaunes. Histoire d’une lutte des classes, par le Collectif Ahou ahou ahou (Niet ! Éditions, 2020)

L’intérêt inséparablement sociologique et politique qu’ont éveillé les Gilets Jaunes m’a conduit à lire l’histoire de La Révolte des Gilets Jaunes par le Collectif « Ahou ahou ahou ». Cet intérêt sociologique était provoqué par une modalité atypique de mobilisation des classes populaires1 et par l’extension de la « surface sociale » du mouvement2. Quant à l’intérêt proprement politique, il était suscité par la réapparition « spontanée » et inattendue des classes populaires, sinon sur la scène politique, du moins sur celle des mouvements sociaux3. Mais, en l’occurrence, j’étais également intrigué par ce collectif « Ahou ahou ahou », qui prenait soin de se démarquer des sociologues tout en se référant à une vision marxiste des classes sociales et en citant Hegel.

Cette histoire « participante »4 du mouvement des Gilets Jaunes insiste sur deux aspects essentiels et « novateurs » au regard des auteurs : d’une part, le refus de toute représentation politique, d’autre part, la réactivation d’une modalité « oubliée » du répertoire d’actions politiques, « la manif-émeute ». Selon eux, ces deux aspects ont partie liée : le « refus de la représentation » légitime le basculement « en faveur du désordre » et ces deux aspects sont indissociables de « la tendance prolétarienne » du mouvement5 (p. 58).

J’essaierai de retracer la description qu’ils proposent de ces deux aspects avant d’ébaucher une critique des thèses – plus ou moins banalisées dans la « gauche radicale » contemporaine – que véhicule cette description.

« Horizontalité »

Les auteurs soulignent, d’emblée, ce qu’ils appellent « l’auto-organisation » du mouvement et « l’absence de formation politique ou syndicale » de ses initiateurs6. Cette lutte, estiment-ils, est « exempte au départ de structures handicapantes comme les syndicats, fraîche et dure comme aux premiers temps du capitalisme » (p. 30). L’initiative du mouvement était, en effet, inhabituelle sinon insolite. Mi-octobre, Éric Drouet, 33 ans, chauffeur routier à Melun, « lance (avec sa mère !) le groupe Facebook […] « Stop au carburant au prix de l’or ». […] Il n’a vraisemblablement aucune formation politique ou syndicale : ses messages sont simples, parfois confus, humbles. Sa popularité est de toute évidence liée au fait qu’il s’agit d’un authentique travailleur, « désintéressé », « apolitique » ». Il entre alors en contact avec Priscilla Ludovsky, « petite entrepreneuse initiatrice en mai 2018 d’une pétition également virale, réclamant une baisse du prix des carburants à la pompe ». Le 18 octobre, ils appellent de concert au « blocage de l’économie » pour le 17 novembre (« acte » fondateur du mouvement) (p. 16). « Éric Drouet avait appelé à marcher sur l’Élysée ; des milliers de personnes y convergent, se heurtent à la police : les affrontements, que personne ne semble souhaiter, sont dès lors inévitables » (p. 21). Cette auto-organisation initiale se perpétue sur les ronds-points (« le cœur battant du mouvement, sa base arrière, son symbole approprié par tous », p. 52) : « c’est, en général sur les ronds-points et les autres lieux de blocage que se décide, le soir du 17 novembre, la prolongation de l’occupation et des actions » (p. 39). « Dans la semaine du 17 au 24 novembre, le pays est gagné par un mouvement de blocage, massif, spontané, inédit dans sa forme » (p. 41).

L’État, « responsable du racket » (p. 26) est l’adversaire désigné du mouvement des Gilets Jaunes. D’après le collectif, ils ont « une vision politique un peu naïve » qui considère « les gouvernants comme « au service » du peuple, comme ses « employés » » : incompétents, corrompus, méprisants, « ils doivent être renvoyés » (p. 31). « On veut virer Macron », disent-ils (p. 33).

En fait, les auteurs discernent deux tendances au sein d’un mouvement qu’ils identifient globalement à « la vieille classe ouvrière » (p. 164). Une « ligne modératrice » (p. 55), « tendance « respectable », citoyenne, patronale et droitière » (p. 116) qu’ils attribuent à la frange du mouvement « constituée de petits patrons, de commerçants [et] toutes sortes de gens attachés à l’ordre et à la « liberté » de travailler » (p. 64). Du fait de « leur position sociale dominante », ils se perçoivent souvent « comme les cadres naturels du mouvement » : « notables locaux ou petits entrepreneurs […], militants, avançant à couvert » ou encore « spécialistes de la politique, extérieurs au peuple et à son vécu ». (p. 64). Mais, selon les auteurs, « le mouvement des Gilets Jaunes porte en lui une aspiration fondamentale à l’horizontalité : le peuple qui est sorti sur les ronds-points s’oppose avec virulence au fait que quiconque l’encadre ou parle en son nom », « les Gilets Jaunes refusent obstinément de se constituer en un corps politique organisé » (p. 57). La tendance « respectable » s’oppose donc à « une tendance aspirant à l’horizontalité et à la poursuite de la lutte au travers du rapport de force » (p. 116) et « les Gilets Jaunes dénoncent vivement les récupérateurs » (p. 68) ou les aspirants négociateurs » (p. 69)7.

À la suite des émeutes du 1er décembre (« la plus grosse émeute depuis 1968 » selon les auteurs, p. 162), « la possibilité d’une généralisation du mouvement » (p. 86) incite à des appels sectoriels de la FNSEA et des fédérations CGT et FO du transport. Parallèlement, la CGT appelle à se joindre aux manifestations du samedi des Gilets Jaunes. Toutefois, le 6 décembre, la direction de la centrale signe avec l’ensemble des organisations syndicales (à l’exception de « Solidaires ») un communiqué qui dénonce « toutes formes de violence dans l’expression des revendications » (p. 162). Ultérieurement, un appel à la grève est déposé pour le 5 février : Éric Drouet appelle à s’y joindre pour « un blocage total » (p. 163). Sans grand écho : selon le collectif, bien qu’ils soient souvent ouvriers, les Gilets Jaunes, travaillent soit dans un « monde de la sous-traitance » où le patron n’apparaît pas comme « un capitaliste et un exploiteur », soit dans un monde où ils se vivent comme des « travailleurs indépendants »8. C’est pourquoi, selon les auteurs, « la dignité » plus que le salaire, apparaît comme leur « revendication centrale »9 et « la grève ne pénètre pas l’arsenal de leurs pratiques » (p. 164-165). Mais si, selon le collectif, les « pratiques syndicales routinières » ne trouvent guère d’écho auprès des Gilets jaunes10, on assiste, à l’inverse, à une « gilet-jaunisation des luttes salariales »11 (p. 165).

Par ailleurs, ceux que les auteurs désignent comme « la gauche mouvementiste » et « les militants politiques » (i.e. les militants « insoumis », trotskistes, anarchistes et « autonomes ») rejoignent le mouvement (p. 88). En 2019, « ils s’engagent aux côtés du peuple des ronds-points dans sa demande de justice sociale et de démocratie, tandis que la composante ultra-gauche et « cortège de tête » (i.e. les Black Blocs) appuie le développement de ce mouvement prolétarien qui s’exprime dans les centres urbains par « l’émeute ». Selon le collectif, « une forme étrange d’alliance se noue » (p. 125) : « c’est autour du moment « manif » que se structure désormais la lutte » (p. 126). La présence de ces militants et les écarts de capital culturel et de compétence politique qu’elle implique n’entravent en rien, selon le collectif, « l’horizontalité portée par le mouvement depuis le début » : elle « dépasse la farce sans cesse rejouée du rejet des représentants auto-proclamés, en se dotant de la seule forme de délibération adéquate à cette aspiration : l’assemblée » (p. 126)12.

C’est ainsi que, selon les auteurs, le 8 décembre, « les Gilets Jaunes en sont arrivés à produire un état de quasi-insurrection » (p. 107) et que « la bourgeoisie a tremblé » (p. 96) : en témoignent, selon eux, 2000 interpellations et 1709 gardes à vue. Ce 8 décembre « marque l’apogée du mouvement des Gilets Jaunes » et « la fin de sa progression vers la possibilité d’un dépassement révolutionnaire » (p. 107) : « le spectre de l’insurrection généralisée s’éloigne » (p. 162). S’il en est ainsi, c’est, selon eux, parce que « cette montée insurrectionnelle s’est opérée de manière sauvage et impensée » : il lui a manqué « un horizon alternatif », « un imaginaire de révolution sociale » (p. 107).

Plus prosaïquement, on peut supposer que la décrue est également un effet de la contre-offensive gouvernementale13. Elle relève de la politique économique : le 10 décembre, Emmanuel Macron « accorde 10 milliards pour apaiser la colère ». Elle est également policière : la répression est d’emblée massive14 et la judiciarisation immédiate15 (« une réponse pénale systématique et rapide », p. 44). Par ailleurs, la police évacue progressivement les ronds-points16. Elle est encore symbolique : d’une part, journalistes et politiques travaillent à disqualifier les Gilets Jaunes moralement et politiquement en les décrivant comme « des beaufs racistes et homophobes » (p. 47)17, des « classes dangereuses » (p. 47), « d’extrême-droite » (p. 48) ; d’autre part, le « Grand Débat » permet de réactiver la distinction commune entre « demandes légitimes » et « désordre pour le désordre », entre « citoyens » (porteurs du Référendum d’Initiative Citoyenne)18 et « sauvages » (p. 115)19. Selon les auteurs, le mouvement de structuration associatif associé au Grand Débat, « produit [ainsi] une polarisation entre ceux qui veulent « faire de la politique » et ceux qui veulent continuer à lutter » (p. 118), « entre citoyens respectables (et raisonnables) et gueux complotistes et irrécupérables » (p. 120)20, « donnant parfois lieu à des bagarres et des échanges d’insultes » (p. 118). Quoi qu’il en soit, « face aux velléités de pacification citoyennes et droitières », « le centre de gravité du mouvement en février est essentiellement prolétarien » (p. 161).

Selon le collectif, la transformation de la révolte des Gilets Jaunes en « mouvement social » résulte d’une dynamique exogène et endogène. Exogène parce qu’elle est portée par des militants extérieurs à la lutte à ses débuts. Endogène parce que les Gilets Jaunes ont été « amenés à s’organiser » pour durer (p. 129). Dans cette perspective, la répression policière a facilité le rapprochement entre les militants « habitués des mouvements sociaux » et les Gilets Jaunes « à l’identité souvent bien ancrée d’honnêtes travailleurs » (p. 133), mais aussi avec « l’opinion publique de gauche21) […] habituée à s’identifier à des manifestants globalement pacifiques » (p. 131). C’est ainsi que, selon le collectif, « le slogan « Tout le monde déteste la police ! » échappe à ses origines d’ultragauche et se diffuse dans les cortèges des grandes villes » (p. 138)22). Les trois catégories que désignent dans le lexique indigène « « gens des ronds points », prolétaires urbains et militants politiques habitués des luttes sociales » ou encore « jeunes tendance « cortège de tête » », « prolos en colère » (p. 141) et « jeunes énervés » (p. 150) qui se sont rencontrées dans les « manifs-émeutes », se retrouvent alors dans les assemblées des grandes villes (p. 139) : « une forme de circulation s’établit » (p. 140), mais elle est « de courte durée ». Font exception, au regard des auteurs, les Gilets Jaunes de Saint-Nazaire et ceux de Commercy (où « un groupe adepte du municipalisme libertaire est bien implanté », p. 145) qui appellent à « impulser des assemblées générales partout » pour « ne pas mettre le doigt dans l’engrenage de la représentation » (p. 145). « L’assemblée des assemblées » des 26 et 27 janvier est un succès qui « donne forme à l’horizontalisme spontané du mouvement » (p. 146), même si « formalisme horizontal et spontanéité prolétarienne ne font pas toujours bon ménage » (p. 146).

Au contact des « militants rôdés aux mouvements sociaux » (sic), les Gilets Jaunes, initialement porteurs de la revendication de « vivre dignement de leur travail » (p. 151), s’approprient des « formes de discours plus politiques » et entendent « remettre en cause le système » : « en haut ils se gavent, alors qu’en bas on en chie » (p. 151). Dans ce contexte, « le dénominateur commun du RIC » témoigne, selon le collectif, d’« une aspiration à la reconnaissance des citoyens modestes face au mépris de l’oligarchie » et apparaît comme « un moyen de remettre le monde à l’endroit » (p. 152). De sorte que « les outils de lutte » du mouvement sont désormais la « lutte contre la répression, l’alliance avec les forces militantes, la légitimation de la manif sauvage, l’assembléisme endogène » (p. 154) et « les cahiers de doléances » dans les mairies qui « continuent à faire exister la convivialité en gilet jaune, celle de gens ordinaires soudés par le bon sens » (p. 155).

La « manif-émeute »

Au cours de « l’Acte II » (le 24 novembre) « les quartiers parisiens attenant aux Champs-Élysées sont le théâtre d’affrontements du matin au soir » : « des barricades sont dressées et les forces répressives […] sont mises à mal » (p. 58). Selon les auteurs, c’est alors qu’apparaît « la figure du black bloc  (encore en sourdine) » (p. 60) : c’est, en effet, celle du « casseur » qui est opposée aux « « vrais » Gilets Jaunes » (p. 59) et dont « la fonction », selon le collectif, est « de forcer les militants politiques « respectables » à la désolidarisation quasi rituelle vis-à-vis des pratiques de confrontation directe » (p. 60). « Le mouvement des Gilets jaunes lui-même s’interroge sur son propre énervement qui va crescendo au cours de la semaine du 24 novembre au 1er décembre » (p. 61)23. Et c’est ainsi, d’une part, que « l’éventail des pratiques ne cesse de s’approfondir dans le sens de l’illégalité » et que, d’autre part, « le champ de ce qui est perçu comme légitime ne cesse de s’élargir » (p. 61) : les auteurs y voient « une double dynamique de radicalisation de la lutte et de quête de respectabilité » (p. 62)24.

Selon le collectif, les « contradictions de classe » s’approfondissent, en effet, au fil du temps et la lutte atteint son point culminant le 1er décembre avec l’Acte III du mouvement qui inaugure selon eux « le débordement » qui s’étend du 1er au 10 décembre (p. 75-103). La « radicalisation » de la lutte et sa « prolétarisation » résident, selon les auteurs, dans les barricades, les incendies de véhicules, de magasins, d’hôtels particuliers25, les saccages et pillages de magasins et de banques (p. 78), « le ravage de fond en comble de l’Arc de Triomphe », le descellement de la grille de fonte du parc des Tuileries, les chevaux de la police montée repoussés par la foule (p. 79). Par ailleurs, recensant les émeutes en province (dont l’incendie de la préfecture du Puy-en-Velay), les auteurs y voient « l’éclatement de la forme manifestation » et « une saturation du territoire » qui « met à mal l’ordre public » (p. 81), provoquant ainsi « l’humiliation de la police nationale » (p. 77). Selon le collectif, on a vu « la peur changer de camp » (p. 204).

Dans cette perspective, les « émeutes du 1er décembre ouvrent une nouvelle période du mouvement » (p. 84), « une sorte de contagion insurrectionnelle semble se répandre à travers le pays » (p. 88). Le collectif en voit la preuve dans les initiatives de « gens non organisés », la mobilisation spontanée de lycéens et « la « mode » du pillage de magasins qui se communique de ville en ville, de banlieue en banlieue » (p. 89).

Selon les auteurs, une « jonction inédite » se dessine alors entre « prolétaires périurbains » (Gilets Jaunes) et « jeunes sous-prolétaires de cités HLM » (p. 90)26, « un phénomène d’agrégation de populations extérieures au noyau originel des Gilets Jaunes » (p. 109) (« sous-prolétaires, lycéens, « gauchistes » », p. 112) et, ce faisant, le développement de « l’action directe clandestine » (une « épidémie de sabotages ») (p. 90). C’est dans ce contexte qu’apparaissent des « équipes qui se font et se défont pour une virée d’un soir » (p. 91) « afin de mener des actions ponctuelles » (p. 92). Selon le collectif, cette « action directe en gilet jaune (blocage ou sabotage) » (dont il relève toutefois qu’elle « entretient avec le mouvement un rapport parfois ténu »), 1°) témoigne d’un « climat de révolte qui dépasse les cadres que le mouvement se donne, [mais] sans que ce dernier les désavoue » et 2°) reste « rétive à toute absorption par un collectif de lutte constitué » (p. 92), 3°) troublant ainsi le classement usuel entre « casseurs » et « manifestants pacifiques » (p. 92). Ainsi, constate-t-on, selon les auteurs, les 1er et 8 décembre, « l’appropriation du pillage » qu’ils légitiment en ces termes : « il s’agit simplement d’accéder à des marchandises dont on se voit privé du fait de la division de la société en classes » ; « le pillage, disent-ils, cesse d’être l’apanage d’un sous-prolétariat de banlieue » (p. 93)27. Mais, force leur est pourtant de constater qu’après le 8 décembre le mouvement décline et que « la bourgeoisie demeure soudée derrière son personnel dirigeant » (p. 108). Ultérieurement, « les manifs-émeutes du samedi où se rencontrent « prolétaires urbains et prolétaires périurbains » (i.e. les Gilets Jaunes « irréductibles ») perpétuent « le désordre hebdomadaire » dans « la capitale de l’émeute du jour » (p. 171).

Enjeux politiques

Des deux volets de cette analyse, le collectif tire un ensemble de conclusions :

1°) Le mouvement des Gilets Jaunes s’inscrit dans le cadre universel (i.e. « de l’Amérique latine au monde arabe, de l’Europe à l’Extrême-Orient ») des « luttes où les cadres politiques et syndicaux sont rejetés à la marge des mouvements » (p. 198) : il témoigne de la « tendance à l’auto-organisation » (p. 199).

2°) Dans ces luttes, « les revendications sont multiples, diffuses, parfois contradictoires » (p. 198)28.

3°) Ces luttes regroupent « des composantes sociales variées se subjectivant sous la forme du peuple » : s’y mêlent « des classes moyennes qui refusent leur marginalisation politique » et des « pauvres »29.

4°) C’est « le temps de l’émeute » (p. 198) : « la manif-émeute tend à s’imposer comme forme face aux habitudes du mouvement social » (p. 199) ; elle témoigne de « la tendance à la radicalité » (p. 199).

5°) « Les dix milliards accordés le 10 décembre sont « la preuve éclatante que bloquer, casser, piller et lancer des projectiles sur la police, cela sans représentants ni revendications claires, a bel et bien une efficacité immédiate »30 : « les syndicats s’en trouvent humiliés » (p. 110).

6°) Toutefois, une « altérité d’ordre identitaire et culturel » entre « nous les travailleurs » et « eux, les racailles des banlieues », se fait jour (p. 133)31.

7°) « La rencontre entre les Gilets Jaunes et les militants rompus à l’émeute de la mouvance autonome [qui, selon le collectif, « s’est élargie ces dernières années »] « tient » et ne cesse de s’approfondir » (p. 177). Cette mouvance impulse et valorise des « pratiques (celle des blacks blocs en particulier32) » plus qu’un « programme politique » (p. 177). Selon le collectif, « les déambulations émeutières des Gilets Jaunes » « marquent une sorte d’élargissement du phénomène « cortège de tête » apparu au cours du mouvement contre la loi Travail en 2016 », « une appropriation de ces pratiques de confrontation par des prolétaires urbains ». Les auteurs y voient « la manifestation d’une insoumission prolétarienne » et « non la marque de fabrique d’un milieu politique » (p. 178)33 : « l’affrontement organisé » devient « une pratique de lutte légitime » (p. 183).

8°) Le collectif y voit « une politisation » accélérée, liée à la rencontre avec ces militants dans une pratique partagée de « la manifestation émeutière » : elle suppose et implique « un esprit de famille » et « une sociabilité inédite » créditée d’un « esprit Gilet Jaune », d’un « langage Gilet Jaune », d’une « culture Gilet Jaune »34, à travers lesquels le mouvement « ne cesse de se découvrir […] comme un mouvement de classe » (p. 178).

Si je me suis efforcé de résumer ces analyses et les thèses qui en résultent, selon le collectif, c’est parce qu’elles soulèvent deux questions récurrentes dans l’histoire des mobilisations des classes populaires et qui me semblent de nouveau à l’ordre du jour : la question de la représentation et celle du répertoire d’actions.

La question de la représentation

On peut supposer que la défiance des Gilets jaunes à l’égard des représentants politiques, syndicaux et médiatiques, repose d’abord, comme c’est en général le cas des classes populaires, sur la distance qui les sépare du monde politique35, mais peut-être aussi sur l’expérience faite au cours des dernières décennies des partis politiques « de gouvernement », perçus à la fois comme interchangeables et soupçonnés de défendre leurs propres intérêts de représentants plutôt que ceux de leurs mandants. Force est, en effet, de constater que les partis « de gouvernement » « de droite » comme « de gauche » se sont alignés progressivement sur les canons néo-libéraux et que, d’alternances en cohabitations, rien ne change, sinon pour s’aggraver, dans la condition des classes populaires. Plus généralement, cette hostilité aux représentants politiques s’étend à un « système » qui inclut les « représentants » sous toutes leurs formes, syndicalistes qui négocient « au nom des salariés » et journalistes qui mettent en scène l’actualité, bref aux « élites » « qui nous méprisent »36, consolidant ainsi la vision dichotomique du monde propre aux classes populaires : « Eux/Nous »37.

« S’auto-organisant », les Gilets Jaunes ne pouvaient pas échapper à la nécessité d’avoir à prendre collectivement et, si possible, démocratiquement, des décisions. Or, au cours des assemblées générales, si « horizontales » qu’elles soient, se font jour d’inévitables dénivellements de capital scolaire (évidemment renforcés par la présence de militants professionnels, « spécialistes » des Assemblées Générales), de sorte que les plus démunis les désertent rapidement au profit des mieux dotés (en dépit du goût immodéré pour « l’horizontalité » que leur prêtent les militants). Par ailleurs, refusant de mandater des porte-parole, les Gilets Jaunes, comme tout mouvement de quelque ampleur, ont vu alors apparaître des représentants « autoproclamés » et/ou se sont vu attribuer des porte-parole désignés par les médias en fonction de leurs intérêts et de leurs critères propres. De sorte que l’absence de procédure de désignation formalisée de représentants dans lesquels « la base » puisse (à tort ou à raison) se reconnaître38, conduit en définitive à la domination de fait, sinon toujours des « orateurs de campus », du moins de ceux et celles qui détiennent assez de capital scolaire et/ou d’assurance pour pouvoir prendre la parole et/ou qui ont été désigné(e)s à ce titre par les médias. Dans les deux cas, « l’horizontalité », le « refus obstiné de l’organisation » (p. 57) et de représentant(e)s mandaté(e)s conduisent à « être parlé »39 par des porte-parole dépourvus de toute légitimité démocratique. Récuser « l’engrenage de la représentation » (p. 145), c’est accepter de facto d’être représenté par « n’importe qui ».

S’il est vrai que le choix de sa parole en choisissant son porte-parole expose évidemment aux possibilités de détournement, d’usurpation, d’abus de confiance et/ou de méprise ou d’illusion et que le risque d’aliénation est inhérent à « la délégation », l’analyse que faisait Bourdieu des rapports à la politique des classes populaires montrait aussi qu’« il faut toujours risquer l’aliénation politique pour échapper à l’aliénation politique »40, s’exposer aux risques inhérents à la délégation pour éviter la disparition politique41. Le choix électif de porte-parole se porte sur ceux (celles) qui – à tort ou à raison – « inspirent confiance » : c’est pourquoi les « profanes » n’ont quelques chances de reconnaître dans l’univers des opinions toutes faites, celles « qui leur vont », que si les produits portent un label stable qui est à la fois un repère et une garantie42.

Sans réhabiliter « la verticalité » du « centralisme démocratique », il faut prendre la mesure des effets propres aux formes d’organisation « horizontales » (inspirées de « la tradition libertaire ») censées favoriser la participation directe de tou(te)s les intéressé(e)s. L’absence de dispositions formalisées pour la désignation de représentant(e)s conduit à s’en remettre aux mécanismes « spontanés » de sélection sociale et, de ce fait, à l’exercice du pouvoir par des représentants doté(e)s des ressources indispensables, auto-proclamé(e)s ou désigné(e)s de l’extérieur. Le flou et l’improvisation en la matière reconduisent et même aggravent les travers, dénoncés à juste titre, du centralisme démocratique43.

La pratique politique impose, par ailleurs, de se demander comment « la permanence » d’un mouvement quel qu’il soit pourrait être assurée sans un minimum de concentration bureaucratique. La dénégation du problème n’est sans doute pas la meilleure solution possible : pour conjurer l’immobilisme et/ou la division permanente et, dans les deux cas, l’impuissance, un minimum d’organisation est indispensable ne serait-ce que pour surmonter les alternances entre les moments de mobilisation intense et les moments d’existence latente ou ralentie : la permanence suppose un minimum de permanents.

Dans le droit fil du mot d’ordre soixante-huitard – « Élections piège à cons ! » –, on peut certes dénoncer le jeu électoral. Ce point de vue repose, d’une part, non sans quelque fondement44, sur la conviction que le jeu politique « démocratique » est irrémédiablement faussé45 et, d’autre part, sur la croyance que les véritables enjeux se situent en dehors du jeu politique institué46. Cet anti-électoralisme de principe implique la désertion du champ politique et l’investissement de formes d’intervention – « mouvementistes » – capables de peser sur le jeu politique sans y participer47. Reste que cette séparation entre le mouvement social et le jeu politique laisse intact le monopole des « professionnels » sur la « Realpolitik ». Par ailleurs, la défiance, si légitime soit-elle, par rapport au jeu politique institué, se traduit surtout par l’abstention ou le vote Le Pen qui ne sont évidemment pas sans conséquences électorales donc politiques. Mais, il est vrai que le refus théorisé du jeu électoral est également lié, plus ou moins explicitement, à la croyance révolutionnaire à « l’insurrection qui vient ». Ainsi, dans L’hypothèse autonome, « les Gilets Jaunes donnent une tout autre allure à la perspective insurrectionnelle contemporaine »48. Dans cette perspective, la question posée est alors celle-ci : « est-il réellement possible de provoquer un changement révolutionnaire en espérant radicaliser les mouvements sociaux ? »49.

La question du répertoire d’actions

Cette perspective insurrectionnelle était celle du « jeune Marx » qui appelait les ouvriers, « organisés et centralisés dans leurs propres clubs », à s’armer et s’organiser. Ayant à l’esprit le soulèvement des tisserands de Silésie (écrasé par l’intervention de l’armée prussienne), il écrivait en mars 1850 dans une « Adresse du Comité Central à la Ligue des Communistes » qu’« il importe de faire immédiatement le nécessaire pour que tout le prolétariat soit pourvu de fusils, de carabines, de canons et de munitions »50.

Sans doute est-il vrai, comme y insiste le collectif « Ahou ahou ahou », qu’une partie des Gilets Jaunes ont participé – sans pour autant s’armer – à des « manifs émeutes » : affrontements avec la police, barricades, vandalisme, pillages51. Mais avant d’y voir, comme le collectif, la quintessence d’« une pratique prolétarienne », on peut tenter de cerner quels en sont les auteurs, essayer d’en rendre compte et s’efforcer de comprendre ce genre de pratiques. En fait, il est facile d’y reconnaître des pratiques associées aux ressources et aux dispositions qui caractérisent à la fois « l’habitus agonistique » du « monde des bandes » et, plus généralement, « les valeurs de virilité » d’une fraction des hommes des classes populaires52 : en ce sens, elles sont effectivement « prolétariennes ». Le monde des bandes peut, en effet, être décrit comme un univers où s’opère un apprentissage collectif des valeurs de virilité et où se cristallise l’habitus masculin populaire associé à l’usage de la force physique comme force de travail et/ou force de combat et, ce faisant, comme un univers de restauration de « l’estime de soi » : dans l’exhibitionnisme pugilistique, transparaît le souci de « s’affirmer en tant que mâle », la « masculine protest » qu’évoquait Parsons53. La force physique ou, plus précisément, le capital agonistique qui, faute de capital économique et/ou de capital scolaire, s’avère être la seule ressource disponible (et, par ailleurs, inégalement distribuée), est le moyen de se faire respecter et de se faire un nom dans l’arène locale : la « baston » apparaît comme une sorte de compétition où cette espèce de capital est le critère de classement. Ressource individuelle, le capital agonistique est également collectif : les affrontements plus ou moins ludiques entre bandes rivales (les « rixes ») permettent d’en prendre la mesure et de construire « les réputations » correspondantes. À l’insertion dans le monde du travail, correspond traditionnellement une transformation des usages martiaux de la force physique en usages productifs dans la fraction la moins qualifiée du monde ouvrier masculin, une conversion de la force physique/force de combat en force de travail, de la « culture de rue » en « culture d’atelier » ou « de chantier ». La continuité d’expérience d’un univers à l’autre permet de rendre raison du « choix volontaire » des emplois manuels semi-qualifiés ou sans qualification du chantier ou de l’usine54 et de comprendre que l’acceptation des emplois les plus pénibles soit autant l’effet d’un ajustement que de la nécessité55. Dans la classe ouvrière traditionnelle, le travail était et reste, en effet, le fondement des légitimités masculines, la condition d’accès à une forme de reconnaissance sociale, mélange d’ascétisme et d’héroïsme lié à une éthique de l’honneur56. Jusqu’à la fin des années 1970, ce « modèle ascétique et stakhanoviste », né de la contrainte, mais transformé en code de valeurs masculines, était largement intériorisé : « la légitimité professionnelle, fondée sur les compétences et la qualification », coexistait avec « une légitimité de type agonistique construite sur le courage, la virilité, l’affrontement » qui s’exprimait, par exemple, dans le registre des « colères valeureuses »57.

Ainsi peut-on comprendre la possibilité, sinon d’une « alliance étrange » (p. 125), au moins d’une co-présence « pour une virée d’un soir » (p. 81), entre une fraction masculine des Gilets Jaunes, d’une part, et une fraction de ceux que les auteurs désignent comme les « jeunes sous-prolétaires de cités HLM ». S’agit-il pour autant de l’avant-garde politique que semble y voir le collectif ? Peut-on, comme le collectif (p. 118), assimiler ces pratiques pugilistiques à « la véritable lutte politique » ? Ces « manifs émeutes » sont-elles les prémices d’une insurrection prolétarienne ? En fait, les bandes de « jeunes de cités » restent caractérisées par la logique agonistique qui valorise l’esprit rebelle et « un virilisme agressif », mais leur enjeu – infra-politique, sinon apolitique – reste la conquête, la défense et l’amélioration d’une position « en vue », individuelle et collective (celle du quartier), dans la hiérarchie des « réputations » locales (avec son « nationalisme de cage d’escalier »), compétition où les médias fonctionnent comme une instance de consécration. Si, par ailleurs, les affrontements avec la police restent une épreuve privilégiée – lorsqu’elle envahit le territoire d’une bande et prétend le contrôler, il s’agit de « se faire respecter » par la police perçue comme « bande rivale » disposant des mêmes ressources et partageant les mêmes valeurs de virilité – « rien ne permet d’affirmer, comme le notait Philippe Juhem, que les phénomènes de violences collectives et a fortiori individuelles aient jamais représenté un quelconque moyen de protestation (fût-il inorganisé et réactionnel) par les jeunes à l’égard de leurs conditions de vie »58. Et, s’il arrivait à la fin des années 1970 que les jeunes des bandes participent à des manifestations, elles étaient presque toujours décrites comme des opportunités de « se bastonner avec les flics »59. Il est vrai néanmoins que, depuis la fin des années 1970, les affrontements entre le monde des bandes et la police – « les violences urbaines » – se sont multipliés. La police, d’autant plus omniprésente que le deal, les « bizness » en tout genre et les « incivilités » se sont banalisés avec le chômage, intervient quotidiennement sur tous les registres de l’action répressive : du simple contrôle d’identité jusqu’à l’opération de maintien de l’ordre massive, en passant par les opérations de police judiciaire (interpellations, perquisitions, etc.). C’est ainsi que les relations entre les jeunes qui occupent l’espace public de la cité et les policiers sont devenues structurellement conflictuelles, accompagnées de violences symboliques et physiques réciproques. Le scénario du déclenchement de ces « violences urbaines » est immuable : une « bavure policière » met le feu aux poudres. En France, elles atteignent leur acmé avec l’émeute de novembre 2005 qui a fait l’objet – sans grand écho en dehors du « sous-champ politique intellectuel » – d’une sorte d’OPA politique par le Parti des Indigènes de la République. Mais, sauf à prendre au pied de la lettre la métaphore de « la lutte » et à confondre pugilat et lutte politique60, tout au plus pouvait-on y voir une « révolte proto-politique »61.

Par ailleurs, le clivage n’a pas cessé de se creuser entre « le monde des bandes » et « la vieille classe ouvrière » (p. 164). Qu’advient-il, en effet, de ce capital agonistique et des valeurs de virilité dans les classes populaires contemporaines ? Quatre décennies de restructuration ou de délocalisation de branches entières de la production industrielle (mines, métallurgie, textile, etc.), de transformations du travail ouvrier induites par la mise en place de nouvelles technologies et de nouvelles stratégies patronales ont provoqué la ruine des métiers ouvriers traditionnels, la disqualification de « la force de travail simple » et des « valeurs de virilité »62. Pour les jeunes qui sont sortis de l’école sans formation professionnelle dès la fin de la scolarité obligatoire, la stabilisation dans un emploi est l’horizon souvent indéfiniment éloigné d’une période de transition où alternent chômage, stages et « petits boulots » précaires de « jeunes à tout faire » et ce sas est d’autant plus long que le capital scolaire détenu est plus faible. Les obstacles objectifs à la conversion du monde des bandes au monde du travail (chômage de masse, disqualification de la force de travail simple, sélection accrue à l’embauche et discrimination raciale) sont redoublés par un mécanisme subjectif : au « goût du nécessaire » qui conduisait les fils d’ouvriers à « travailler dur », sans même se demander s’ils pourraient ne pas le faire, s’est substituée une sorte d’« aversion » pour des emplois subalternes et difficilement accessibles. Ces emplois sont souvent, en effet, des emplois de services ou des emplois ouvriers dispersés dans des univers beaucoup plus proches des prestataires de services que des ateliers de production. De ce fait, l’écart se creuse entre la « culture de rue » et ses valeurs de virilité et les dispositions requises dans le secteur tertiaire (coursiers, employés de maison, agents de nettoyage, travailleurs de la restauration, etc.) ou même dans l’usine moderne (disponibilité, initiative, flexibilité, etc.). Ceux qui, démunis de tout titre scolaire, n’ont pour toute ressource qu’une force physique obsolète et des valeurs de virilité périmées, n’ont souvent pas d’autre issue que l’engagement dans une économie souterraine relativement prospère (concurrentielle par rapport aux emplois intérimaires déqualifiés) qui établit une connexion entre « le monde des bandes » et « le milieu » de la délinquance professionnelle. Ainsi peut-on comprendre la réactivation du clivage traditionnel entre prolétariat et sous-prolétariat. On ne saurait méconnaître, en effet, l’écho trouvé auprès des classes populaires par les campagnes sécuritaires et la stigmatisation des « assistés ». La question de « l’insécurité » et des « incivilités », comme celle de « l’assistanat », renforcent un clivage, sinon un conflit, récurrent au sein des classes populaires. À l’opposition binaire entre prolétariat et Lumpenproletariat, « classes laborieuses » et « classes dangereuses », established  et outsiders63, « ouvriers pavillonnaires » et « ouvriers de cités », se substitue une vision tripartite du monde social64 : « Nous » s’oppose à la fois à « Ceux d’en haut » et à « Ceux d’en bas ». Cette frontière sociale entre « le haut » et « le bas » des classes populaires est d’abord morale : elle oppose la respectabilité à l’indignité et a pour enjeu la définition de ce qu’est « quelqu’un de bien » dans l’univers des classes populaires. De façon générale, la respectabilité et l’estime de soi restent subordonnées aux jugements portés sur l’accomplissement des rôles familiaux65 : il s’agit d’être « un bon père » (c’est-à-dire un « bon travailleur », ni chômeur, ni alcoolique) et « une bonne mère de famille » (définie par sa capacité de « bien tenir » le foyer et les enfants). Dans cette situation de procès perpétuel où chacun est pris et partie prenante, il s’agit de se démarquer du « pôle négatif »66 : celui, stigmatisé, des « assistés », des « cassoces » (« ceux qui vivent des allocs ») et/ou des familles « démissionnaires » (qui semblent déroger au principe « pauvres mais honnêtes »). C’est ce souci de respectabilité qui sous-tend la condamnation morale des « assistés » souvent associée à celle des parents de délinquants, réactivant ainsi, en le racialisant, le conflit récurrent entre classes populaires stables et classes populaires précarisées.

De ce point de vue, il est permis de douter du rapprochement que le collectif croit avoir constaté chez les Gilets Jaunes et qu’il appelle de ses vœux. Tout porte à croire, en effet, que la radicalisation telle qu’il la conçoit (avec ses voitures brûlées, ses saccages et ses pillages) détruit toute respectabilité (p. 62) et exacerbe ainsi la contradiction traditionnelle entre prolétariat et sous-prolétariat. Il va de soi, par ailleurs, que la mise en scène médiatique des manifs-émeutes ne peut que contribuer à la disqualification morale et politique des « émeutiers » présumés. Qui, en dehors du collectif « Ahou ahou ahou » (p. 93), adhère vraiment à la légitimation du pillage comme pratique de réduction des inégalités ? De plus, ces manifs-émeutes, évidemment vouées à l’échec sur le terrain face aux forces de l’ordre67, ne contribuent-elles pas à dissuader de manifester ceux (et surtout celles…) qui redoutent les coups et disqualifient ainsi « la forme manifestation »68 ? Enfin, qui souhaiterait sérieusement la prise du pouvoir par les black blocs et de quoi seraient fait les lendemains de cette « victoire prolétarienne »69 ?

Aux révolutionnaires de son temps, Marx rappelait que « la tradition de toutes les générations mortes pèsent comme un cauchemar sur le cerveau des vivants » […] « Au moment précis où ils semblent occupés à se transformer eux-mêmes et à bouleverser la réalité, à créer l’absolument nouveau, c’est justement à ces époques de crise révolutionnaire qu’ils évoquent anxieusement et appellent à leur rescousse les mânes des ancêtres, qu’ils leur empruntent noms, mots d’ordre, costumes, afin de jouer la nouvelle pièce historique sous cet antique et vénérable travestissement et avec ce langage d’emprunt »70. Sans doute, les black blocs rêvent-ils de reconstruire les barricades de leurs parents soixante-huitards qui pensaient eux-mêmes rejouer la Résistance de leurs pères ou celles des communards qui rebâtissaient celles de Gavroche… Les nouvelles générations « insurgées » se succèdent sur la scène politique et rejouent obstinément la même pièce historique. Il est vrai toutefois que les costumes changent…

Cite this article as: gmauger, "Gilets jaunes. « Horizontalité », «  manifs-émeutes » et « insurrection »," in Le carnet de Savoir/Agir, 9 février 2021, https://savoiragir.hypotheses.org/90.
  1. Indépendante des organisations politiques et syndicales, elle utilise les réseaux sociaux. []
  2. Incluant hommes et femmes, jeunes et vieux, ouvriers et employées, fractions « stables » et « précarisées » des classes populaires et travailleurs « indépendants ». Sur la sous-évaluation policière des effectifs mobilisés, voir Jean-Yves Dormagen et Deoffrey Pion, « Gilets jaunes, combien de divisions ? », Le Monde Diplomatique, n° 803, février 2021. []
  3. Voir Gérard Mauger, « Gilets Jaunes », Savoir/Agir, n° 47, mars 2019, p. 109-117. []
  4. Le livre est, en effet, ponctué d’extraits de « Journaux de lutte ». []
  5. Selon le collectif, une lutte « essentielle » oppose, à propos de « la pacification » des manifestations (déclaration en préfecture et constitution de services d’ordre), « les forces petites-patronales […] épaulées par des éléments fascisants » et la « tendance prolétarienne ». Dans ce cadre, l’enjeu est « de mettre fin aux déambulations sauvages qui s’accompagnent d’affrontements et parfois de casse » et de rétablir « l’alliance réactionnaire sur la question des taxes entre prolétaires et boutiquiers » (p. 136). Selon les auteurs, cette « offensive de pacification des cortèges se solde par un échec. […] Les déambulations à tendance émeutière prennent le dessus face aux velléités d’encadrement » (p. 137). []
  6. Initialement, le collectif y voit un mouvement « interclassiste » (p. 23) où se mêlent « droite, gauche, petits patrons, artisans, auto-entrepreneurs, ouvriers, employés, chômeurs » (p. 24). Mais, peu à peu, il se convainc qu’il ne s’agit pas d’un « mouvement réactionnaire, xénophobe, « petit-patronal » » (p. 24). []
  7. Les auteurs relatent l’écho trouvé par une liste de 42 « directives du peuple » (à la suite d’un sondage d’origine inconnue réalisé sur internet auprès de 30 000 Gilets jaunes) sans pour autant devenir « une plate-forme », les distribuent entre revendications « de gauche » et « de droite ». (p. 71-73) et y discernent une revendication essentielle de « justice sociale » : « l’essentiel, écrivent-ils, tourne autour de la reproduction de la force de travail » (p. 73). []
  8. Ainsi peut-on comprendre les affinités d’habitus entre cette fraction des classes populaires, d’une part, et une partie au moins des « travailleurs indépendants » (artisans et commerçants) que rapproche au moins leur adhésion à la « valeur travail ». Sur ce sujet, voir Benoît Coquard, Ceux qui restent. Faire sa vie dans les campagnes en déclin, Paris, Éditions La Découverte, 2019 et Gérard Mauger, « En quête de respectabilité », Savoir/Agir, n° 51, mars 2020, p. 109-113. []
  9. Les auteurs semblent ignorer ici la place centrale des revendications liées au pouvoir d’achat pour celles et ceux dont les fins de mois sont toujours difficiles : elles sont indissociables de « la dignité ». []
  10. Sur ce sujet, voir Gérard Mauger, « Des Gilets Jaunes aux syndicalistes en grève. La question de la représentation », Savoir/Agir, n° 51, mars 2020, p. 115-121. Sur les transformations contemporaines du syndicalisme en France, voir Julian Mischi, Le bourg et l’atelier. Sociologie du combat syndical, Marseille, Agone, 2016 ; Cédric Lomba, La restructuration permanente de la condition ouvrière, Vulaines sur seine, Éditions du Croquant, 2018 ; Vincent-Arnaud Chappe, Jean-Michel Denis, Cécile Guillaume, Sophie Pochic, La fin des discriminations syndicales ? Luttes judiciaires et pratiques négociées, Vulaines-sur-Seine, Editions du Croquant, 2019. []
  11. Selon le collectif, cette « gilet-jaunisation » des luttes « signifie quelque chose comme « ensauvagement », « perte de contrôle par les cadres » » (p. 198). []
  12. Pour une représentation ethnographique et photographique de ces assemblées générales tenues sur les ronds points, voir Brice Le Gall, Lou Traverse, Thibault Cizeau, Justice et respect. Le soulèvement des Gilets Jaunes, Paris, Éditions Syllepse, 2019. []
  13. Sur ce sujet, voir Gérard Mauger, « L’État face aux Gilets Jaunes », Savoir/Agir, n° 48, juin 2019, p. 107-114. []
  14. Le 5 juillet 2018, le journaliste David Dufresne, recensait environ 600 manifestants gravement blessés. []
  15. Le 4 octobre 2019, les chiffres officiels faisaient état de 10718 gardes à vue, 3100 condamnations justice et 1000 peines de prison (dont 400 avec mandat de dépôt). []
  16. Sur ce sujet, voir Olivier Fillieule et Fabien Jobard, Politiques du désordre. La police des manifestations de France, Paris, Éditions du Seuil, 2020. Sur la répression policière en images, voir Brice Le Gall, Lou Traverse, Thibault Cizeau, Justice et respect, op. cit., chapitre 6 : « Pressions et répressions », p. 169-205. []
  17. Sur la figure du « beauf », voir Gérard Mauger, « Sociogenèse et usages de la figure du beauf », Sens Dessous, 2019/1, n° 23, p. 63-70. []
  18. Des dizaines d’associations favorables au grand débat, prétendent représenter les Gilets Jaunes locaux : « certains de leurs porte-parole sont des notables installés, d’autres des aspirants notables plus ou moins farfelus » (p. 117). []
  19. C’est-à-dire aussi entre classes populaires « respectables » et « déclassés », entre « prolétariat » et « sous prolétariat » : on y reviendra. []
  20. Les auteurs les définissent comme « gibier à flic et à juge », habitants « surnuméraires et racisés » des quartiers populaires, « exclus du marché du travail formel, considérés comme une menace sociale et gouvernés à coups de matraque depuis des décennies » (p. 133) ou encore « jeunes prolétaires non blancs à casquette » (p. 171). []
  21. Selon le collectif, « ces gens de gauche appartiennent le plus souvent aux classes moyennes intellectuelles – enseignants ou « alternatifs » de tout poil » (p. 169 []
  22. Manifestement, les auteurs méconnaissent l’homogénéité du recrutement massivement populaire et d’origine ouvrière et paysanne de « la police » et les effets qu’ont ces origines sur les représentations que se font les policiers des manifestants et sur leurs pratiques. Symétriquement, il faudrait enquêter sur les représentations des policiers que se font les manifestants en fonction de leur condition sociale (à ce propos voir Olivier Fillieule et Fabien Jobard, Politiques du désordre, op. cit., p. 48 sq. []
  23. On peut évidemment se demander comment ce « macranthrope », par ailleurs privé de représentant, peut bien « s’interroger » et « s’énerver » : tout au plus s’agit-il en fait de « certains Gilets Jaunes », mais lesquels ? []
  24. Pour une vision photographique et ethnographique des manifestations de Gilets Jaunes, voir Brice Le Gall, Lou Traverse, Thibault Cizeau, Justice et respect, op. cit., chapitre 2 (« Une journée d’émeute dans les beaux quartiers », p. 45-67) et chapitre 4 : « Les voix de la manifestation », p. 105-131). []
  25. « L’émeute s’est propagée dans les quartiers de la grande bourgeoisie » (p. 84-85). []
  26. Les auteurs les décrivent comme « des prolétaires urbains, plus jeunes, plus précaires, moins attachés à la valeur travail que les Gilets Jaunes de la première heure. […] Ils sortent en ville la samedi manifester, et éventuellement casser des vitrines et affronter la police » (p. 125). []
  27. Les auteurs citent longuement (p. 96-103) des extraits de « Journaux de lutte » (Toulouse, Marseille, Paris) qui en font des descriptions enthousiastes. Ainsi, dans le journal référencé « Toulouse, 19 janvier », on peut lire qu’« un black bloc s’est constitué qui, systématiquement, sous les acclamations ou du moins avec l’approbation visible des gens, casse toutes les vitrines liées de près ou de loin à l’argent » (p. 138). []
  28. C’est évidemment une des tâches d’un parti politique de les organiser, de les hiérarchiser, de les traduire en programme politique (sinon en « projet de société » plus ou moins utopique). []
  29. L’analyse de classes est pour le moins sommaire : le refus de « la marginalisation politique » n’est pas un gage d’engagement « révolutionnaire » et « les pauvres » peuvent faire appel à « la charité »… En fait, la question posée est celle du « bloc populaire » à opposer au « bloc bourgeois » (voir Bruno Amable et Stefano Palombarini, L’Illusion du bloc bourgeois. Alliances sociales et avenir du modèle français, Paris, Raisons d’agir Éditions, 2017). []
  30. De fait, le mouvement des Gilets Jaunes est, pour beaucoup, la preuve qu’« il n’y a que la violence qui permet de se faire entendre ». []
  31. Dans L’hypothèse autonome, Julien Allavena considère que « les autonomes contemporains » n’ont pas été l’avant-garde mais qu’ils ont été « parfaitement à la traîne de l’insurrection gilet-jaunesque » (Paris, Éditions Amsterdam, 2020, p. 18). []
  32. Selon les auteurs, ils deviennent « éminemment respectables aux yeux d’une frange importante du mouvement » (p.183). On peut néanmoins s’interroger sur cette « respectabilité » (celle qu’impose le capital agonistique ?) et sur l’étendue de cette « frange du mouvement ». []
  33. Si les auteurs concèdent que les affrontements et les saccages de l’Acte XVIII (le 16 mars) sur les Champs-Élysées sont « largement issus de la mouvance autonome », ils sont, selon eux, « loin de s’y limiter » et les manifestants « observent leurs actions avec bienveillance » (p. 184). []
  34. Caractérisée dans un Journal de lutte (p. 180) comme « une viriliste culture de stade, de hooligans », souvent associée à « un imaginaire complotiste, souverainiste, populiste » (p. 182). Sur la sociabilité des Gilets Jaunes, voir les photographies de Brice Le Gall in Brice Le Gall, Lou Traverse, Thibault Cizeau, Justice et respect, op. cit., chapitre 5 : « Braseros, barbecues, solidarité », p. 139-161. []
  35. Contre la complaisance populiste qui accorde au peuple la connaissance infuse de la politique, il faut rappeler l’abstention (ou les non-réponses aux sondages) qui met en évidence la distance différentielle aux instruments de production d’une « opinion politique » et, plus précisément, la relation très étroite entre le capital scolaire et la propension à répondre aux problèmes les plus explicitement politiques. []
  36. La réception partielle, épisodique, chaotique, « oblique », exposée à « l’à peu près », aux malentendus et aux quiproquos, des discours politiques par des habitus populaires (sans grandes compétences ni intérêts politiques), permet de comprendre l’écho que peut y trouver – sous diverses formes – l’hostilité déclarée au « système ». Voir Gérard Mauger, « un champ politique illisible », in Repères 2 pour résister à l’idéologie dominante, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, 2018, p. 143-215. []
  37. Voir Richard Hoggart, La Culture du pauvre. Étude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre, traduction de Françoise et Jean-Claude Garcias et de Jean-Claude Passeron, Présentation et index de Jean-Claude Passeron, Paris, Les Éditions de Minuit, 1970 [1957]. []
  38. Il faut rappeler que la propension à déléguer à d’autres, reconnus pour leur compétence, la responsabilité des affaires politiques varie en raison inverse du capital scolaire détenu. []
  39. Pierre Bourdieu, « Une classe-objet », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 1977, n° 17-18, p. 2-5. []
  40. Pierre Bourdieu, « La délégation et le fétichisme politique », Actes de la recherche en sciences sociales,  1984, n° 52-53, p. 49-55. []
  41. Pratiquement, la désignation de représentants par un vote démocratique reste sans doute la moins mauvaise des solutions : d’où l’importance de « la formation politique ou syndicale » décriée par les auteurs (p. 23). []
  42. Ainsi peut-on expliquer la fidélité aux « marques politiques » : « la confiance dans le parti ». Sur ce sujet, voir Patrick Lehingue, Le Vote. Approches sociologiques de l’institution et des comportements électoraux, Paris, Éditions La Découverte, 2011. []
  43. Dans la mesure où le temps libre et le capital culturel disponibles sont des ressources indispensables, il n’y a sans doute pas d’autres solutions réalistes que de travailler, d’une part, à créer les conditions matérielles et intellectuelles d’accès aux responsabilités politiques de ceux qui en sont les plus démunis et, d’autre part, à mettre en place des mécanismes d’élection et de délégation tels que les membres des classes populaires puissent s’y retrouver sans s’y perdre. []
  44. Ainsi, sur le financement des campagnes électorales, voir Julia Cagé, Le Prix de la démocratie, Paris, Éditions Fayard, 2018. []
  45. La clôture du champ politique sur lui-même et les logiques d’appareils – rationalisation croissante d’une compétence spécifique, monopole professionnel de la production de l’offre politique et unification de l’offre politique – renforcent l’autonomisation et la professionnalisation du champ politique. []
  46. La plupart des enjeux politiques essentiels des politiques néo-libérales trouvent une issue (législative) dans le jeu politique institué. []
  47. Il est vrai que ce point de vue a pu se prévaloir de sa capacité à arracher 10 milliards à Emmanuel Macron en quelques semaines. []
  48. Julien Allavena, L’hypothèse autonome, op. cit., p. 203. []
  49. Ibid., p. 222. []
  50. Karl Marx, De l’insurrection. Les luttes de classes en Allemagne, textes réunis et présentés par Michael Löwy, Orange, Éditions Le Retrait, 2020, p. 70. []
  51. Sans qu’il s’agisse pour autant, comme l’écrivent les auteurs, d’« une mode du pillage de magasins » (p. 89) et d’« une épidémie de sabotages » (p. 90)… []
  52. Sur ce sujet, voir Gérard Mauger, Sociologie de la délinquance juvénile, Paris, Éditions La Découverte, Coll. « Repères », 2009. []
  53. Talcott Parsons, Essays in Sociological Theory, The Free Press, Glencoe, éd. rev. 1954. []
  54. Ces métiers de prédilection comportent un corps à corps primordial avec des tâches physiques pénibles, mais il peut s’agir également d’emplois où la force physique est employée comme force de combat : armée et police ou sociétés de gardiennage. []
  55. Voir Paul Willis, L’École des ouvriers. Comment les enfants d’ouvriers obtiennent des boulots d’ouvriers, Préface de Sylvains Laurens et Julian Mischi, traduit de l’anglais par Bernard Hœpffner, Marseille, Agone, 2011. []
  56. « Il faudrait se demander, écrit Bourdieu, si la valorisation populaire de la force physique comme dimension fondamentale de la virilité et de tout ce qui la produit et la soutient comme […] les travaux et les exercices de force, n’entretient pas une relation intelligible avec le fait que […] la classe ouvrière […] dépend d’une force de travail que les lois de la reproduction et du marché du travail réduisent, plus que pour aucune autre classe, à la force musculaire ; sans oublier le fait qu’une classe qui, comme la classe ouvrière, n’est riche que de sa force de travail ne peut rien opposer aux autres classes, en dehors du retrait de cette force, que sa force de combat qui dépend de la force et du courage physiques de ses membres et aussi de leur nombre, c’est-à-dire de leur conscience et de leur solidarité ou, si l’on préfère, de la conscience de leur solidarité » (La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979, p. 447). []
  57. Olivier Schwartz, Le Monde privé des Ouvriers. Hommes et Femmes du Nord, PUF, Paris, 1990. []
  58. Philippe Juhem, « Civiliser la banlieue. Logiques et conditions d’efficacité des dispositifs de contrôle de la violence dans les quartiers populaires », Revue Française de Science Politique, Vol. 50, n° 1, 2000. []
  59. Gérard Mauger et Claude Poliak, « La politique des bandes », Politix, n° 14, 1991 ; Christophe Gaubert, « Badauds, manifestants, casseurs. Formes de sociabilité, ethos de virilité et usages des manifestations », Sociétés contemporaines, n° 21, 1995. []
  60. Julien Allavena voit ainsi dans « l’expérience de l’émeute », « un espace de réappropriation de la violence […] un moment de contact avec ce qu’elle implique physiquement de conflictualité avec l’État » (L’hypothèse autonome, op. cit., p. 221). []
  61. Voir Gérard Mauger, L’émeute de novembre 2005. Une révolte protopolitique, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, 2006. []
  62. Voir Gérard Mauger, « Les transformations des classes populaires en France depuis trente ans », in Les nouvelles luttes de classes en France, PUF, Paris, 2006. On peut, d’ailleurs, se demander si la dévaluation des valeurs de virilité sur le marché du travail n’a pas contribué, parallèlement, à leur disqualification sur le marché des relations amoureuses et sur le marché matrimonial. Julien Allavena invite ainsi à « ne plus coder la violence exclusivement comme une performance de genre masculine » (L’hypothèse autonome, op. cit., p. 242). []
  63. Voir Norbert Elias et John L. Scotson, Logiques de l’exclusion, Paris, Éditions Fayard, 1997 [1965]. []
  64. Voir Annie Collovald et Olivier Schwartz, « Haut, bas, fragile : sociologie du populaire », Vacarme, n° 37, 2006. []
  65. À la portée de tou(te)s et universellement reconnus, ils sont aussi les seuls disponibles pour les plus démunis de ressources économiques, culturelles. []
  66. Selon Pierre Bourdieu, « la carrière qui s’offre aux ouvriers est sans doute vécue d’abord comme l’envers de la carrière négative qui conduit au sous-prolétariat ; ce qui compte, dans les promotions, c’est, avec les avantages financiers, les garanties supplémentaires contre la menace, toujours présente, de la retombée dans l’insécurité et la misère. La potentialité de la carrière négative est aussi importante pour rendre compte des dispositions des ouvriers qualifiés que la potentialité de promotion pour comprendre les dispositions des employés et des cadres moyens » (La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979, note 24, p. 459-460). []
  67. S’il est nécessaire de s’en convaincre, voir Olivier Fillieule et Fabien Jobard, Politiques du désordre, op. cit. []
  68. Ibid. []
  69. Julien Allavena en convient : « Les Gilets Jaunes auraient pris l’Élysée avec l’aide du black bloc, cela n’aurait rien donné de plus qu’un beau saccage » (L’hypothèse autonome, op. cit., p. 208-209). []
  70. Karl Marx, « Le 18 brumaire de Louis Bonaparte », in Œuvres IV, Politique I, Paris, Éditions Gallimard, La Pléiade, 1994, p. 437-438. []

gmauger

Directeur de recherche émérite CNRS Chercheur au CESSP (CNRS-EHESS-Paris 1)

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search